Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil...

  • Lo
  • laurencewitko5@gmail.com
  • laurencewitko5@gmail.com

CONTACT...

Rechercher...

OU BIEN LAISSER UN MESSAGE...

Archives...

25 juin 2007 1 25 /06 /juin /2007 15:56

"Chacun a raison de son propre point de vue,
mais il n'est pas impossible que tout le monde ait tort"

Gandhi



Nous vivons tous dans nos petits mondes particuliers et uniques,
façonnés pour l'essentiel par notre façon de regarder et ressentir les choses. Ce sont nos facultés de perception qui nous font apprécier la vie, de ce fait, il n'existe pas deux personnes capables de vivre la même vie ni de ressentir les mêmes choses exactement. On peut être en phase sur certains évènements, ou ressentir les mêmes émotions à des moments particuliers, mais sur toute une vie, chacun a sa façon unique de ressentir et construire sa vie.


Qui peut prétendre savoir à la place de quelqu'un d'autre, ce qu'il est bon ou juste de faire ou de penser ?
Qui peut prétendre être si "ouvert" aux autres, qu'il pourrait affirmer sans se tromper qu'il a raison et l'autre tort ?
Non. Il ne faut pas se laisser impressionner par ces personnes tellement sûrs de savoir à notre place de quoi on a besoin, ce que l'on ressent, ou ce que l'on comprend du sens de la vie. Nos ressentis, nos émotions, nos doutes... ne sont qu'à nous. Nous avons parfois le tort de chercher conseil auprès de quelqu'un quand nous nous sentons un peu perdus, un peu décalés, un peu dans le flou... Mais il faut cesser de céder à ces habitudes infantiles, nous avons tous en nous, un conseiller efficace si on veut bien le laisser s'exprimer...

Qui est ce fameux conseiller ?
En donner une définition me serait impossible en quelques mots. Pour certains, qui ont la foi, ils l'identifieront à Dieu, pour d'autres, il sera l'expression d'un ange gardien qui veille sur leurs vies, d'autres encore y verront la manifestation d'une force spirituelle ... ou de leur moi profond. Mais la définition n'est pas importante, ce qu'il faut c'est arriver à ressentir cette force en soi, et faire confiance.... Faire confiance à la vie... Quand on voit tout en noir, la vie se déroule en dégradés de gris, mais quand on a l'espoir qui nous porte, tout s'éclaire de nouvelles couleurs. On se sent fort de cet Esprit en nous qui saura nous faire prendre les bonnes décisions... même si beaucoup n'y croient pas...


Peu importe d'avoir tort ou raison aux yeux du monde, quand on sait, de l'intérieur, qu'on marche dans la bonne direction. Ceux qui savent toujours tout et qui parlent beaucoup, qui n'ont jamais tort, et qui comprennent tout tellement mieux, qui ont toujours un avis sur tout, qui nous font douter par leurs certitudes si ancrées, qui nous font croire qu'on n'a rien compris à la vie parce qu'on la vit différemment... Tous ceux là, qui nous font du mal à force de vouloir nous faire du bien... peut-être qu'ils ont raison de leur point de vue, c'est vrai... Mais on a le droit de regarder autrement les choses, et en changeant d'angle, on change toute la donne....

N'ayez plus peur d'avoir tort quand vous savez que vous avez raison...

Ne culpabilisez pas de penser d'une façon qui puisse choquer quelques puritains du conformisme, nous avons tous le droit de vivre selon nos codes à partir du moment où l'on respecte les autres, que l'on se respecte soi-même, et que l'on assume les conséquences de ses actes...

Le reste, ce sont des choix de vie, qui ne sont pas à juger...

Ceci étant dit, nous avons le droit de penser, et d'avoir des opinions, mais il ne faut pas croire pour autant que nous détenons la vérité... La vérité, je ne sais pas si elle existe... Je pense qu'on a tous... notre vérité. Et parfois... on n'a pas envie de la partager. Ce n'est pas de l'égoïsme, c'est juste une conséquence de l'incompréhension et de la pensée sectaire qu'on rencontre le plus souvent quand on sort un peu de la norme.
Pourquoi est-ce si important d'avoir tort ou raison ?
Ne peut-on pas juste apprécier le degré de satisfaction que nous apporte notre système de pensée, sans vouloir l'instaurer en système unique ?


Si ce soir, en tête à tête avec vous-mêmes, vous faisiez le point sur votre vie, revoyant vos réussites et vos échecs les plus importants, est-ce que vous arriveriez à retrouver vos ressentis correspondants à ces évènements ?
Auriez-vous le même regard porté sur ces évènements maintenant passés ?
Je ne pense pas... parce que la vie nous change... chaque jour...

A l'époque, vous étiez persuadés d'avoir raison, ou tort d'ailleurs peu importe, mais aujourd'hui ... dans la même situation ... ?
Ne jugez pas sans savoir, et laissez vivre les autres comme ils l'entendent, même si cela vous indispose. Comme dit un proverbe arabe "Qui ne se plante jamais, n'a aucune chance de pousser..."

Pensez-vous que sur ce point, j'ai raison ou j'ai tort ? ...

Partager cet article

Repost 0
24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 23:29

" Donne aux gens plus que ce qu'ils attendent... et fais-le avec goût

Lorsque tu dis "je t'aime"... dis-le sérieusement
Lorsque tu dis "je suis désolé"... regarde la personne dans les yeux

Ne te moque pas des rêves des autres...
Tu peux en sortir blessé, mais c'est la seule façon de vivre la vie.

Ne juge pas
les autres à travers leurs proches
Parle lentement,mais ... réfléchis rapidement

Si quelqu'un te pose une question à laquelle tu ne souhaites pas répondre,
Souris et demande : "Pourquoi souhaites-tu savoir?"

Rappelle-toi que le plus grand amour et les plus grands succès...
Comportent des risques majeurs
Quand tu perds, ne perds pas la leçon

Rappelle-toi les trois R :
Respect envers toi-même, Respect des autres, Responsabilité de tes actions

Ne permet pas qu'un petit différend, abime une grande amitié.
Souris lorsque tu réponds au téléphone... celui qui t'appelle le sentira au son de ta voix.
Lis entre les lignes...

Et rappelle-toi que :
Ne pas obtenir ce que tu veux, quand tu veux, est parfois un coup de chance...."

trouvé sur www.naute.com


S
i ça se trouve, en faisant tous quelques efforts... on arriverait à changer le monde, hein ?... ...

Partager cet article

Repost 0
24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 23:11


" Rire, c'est risquer d'avoir l'air idiot...
Pleurer, c'est risquer d'avoir l'air émotif...
Aller vers l'autre, c'est risquer de s'impliquer
Exprimer ses sentiments, c'est risquer d'exposer le fond de soi-même

Faire part de ses idées et de ses rêves à la foule, c'est risquer de les perdre...
Aimer, c'est risquer de ne pas être aimé en retour...
Vivre, c'est risquer de mourir
Essayer, c'est risquer d'échouer

Mais il faut prendre des risques,
Parce que le plus grand danger dans la vie, c'est de n'en prendre aucun


Les gens qui ne risquent rien, ne font rien, n'ont rien, n'obtiennent rien...
Peut-être évitent-ils la souffrance et la peine, mais ils ne peuvent
Ni apprendre, ni sentir, ni changer, ni grandir, ni ... vivre.

Ce sont des esclaves enchaînés par leurs attitudes
Ils ont perdu leur liberté
Seul, celui qui risque est libre...

On ne peut pas toujours changer ce que l'on affronte,
Mais...
On ne peut jamais changer ce que l'on n'affronte pas !
"
Anonyme, glané sur le net...



Et à risquer de courir un risque... on risque quoi ?... ...

Partager cet article

Repost 0
24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 01:39


" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter."
Proverbe chinois




On pourrait traduire par "Ne perds jamais tes buts de vue..."
En effet, définir ses buts précisément et oeuvrer ensuite du mieux que l'on peut pour les réaliser, semble être essentiel.
Mais il faut aussi savoir faire preuve de patience et de persévérance, ne pas abandonner, ne pas s'arrêter sur le chemin... même si parfois il écorche les pieds... continuer...
Peu importe la distance que l'on parcourt en un jour, en un mois... chaque but est unique et entraîne des chemins différents, des orientations différentes, un rythme différent en fonction des personnes et des conditions...
Ce qui compte, c'est de le sentir briller devant nous, comme une lumière qui éclairerait nos pas... Et vouloir s'en approcher au plus près... Sans tenir compte du temps, de l'effort ou du moment...
S'arrêter, abandonner... s'abandonner... c'est triste, cela peut même entâmer l'estime de soi si on s'était beaucoup investi dans le but...
C'est accepter l'échec comme une fin en soi
, au lieu d'y voir un tremplin pouvant donner une nouvelle dimension aux choses.


Ce qui nous freine sur le chemin de nos buts, c'est souvent la crainte, la peur.
.. la difficulté de la tâche, ou la patience dont il faut faire preuve... Mais comme disait Paulo Coelho "Ce qui peut rendre un rêve imposible à réaliser, c'est la peur d'échouer."

Mais l'échec n'est pas négatif, mais au contraire très formateur, si l'on veut bien se montrer humble devant lui. Il met en lumière les choses que l'on peut encore améliorer, il offre de nouvelles pistes de réflexion, il adoucit les caractères un peu trop orgueilleux...
Il peut nous donner l'envie de tout lâcher, de s'arrêter de croire en nos capacités à atteindre nos buts, bien sûr aussi... Mais... quand on lui donne sa chance et qu'on reconnaît sa valeur véritable, il nous donne un vrai coup de fouet pour rebondir, et on repart plus fort encore, parce que riches d'une nouvelle leçon qu'on aura su tirer...

Alors avec une énergie toute neuve, le mental revigoré par un petit nettoyage de fond, on peut repartir le coeur léger de nos espoirs pour tout bagage, et l'envie de continuer... de continuer encore... jusqu'au bout du bout qu'on pourra atteindre...
On a chacun notre bout du but avec notre but au bout....

N'oubliez jamais
que dans la poursuite de nos buts, ce n'est pas seulement le fait de les atteindre qui compte... mais tout ce qu'on apprend en chemin pour surmonter cette épreuve, et toute la richesse que l'on acquiert ainsi... chemin faisant... d'un pas pressé ou nonchalant... selon les gens, selon les moments....


D'ailleurs, à ce propos, connaissez-vous des services de covoiturages pour ces trajets-là ?... ...

Partager cet article

Repost 0
21 juin 2007 4 21 /06 /juin /2007 23:27


Personnage emblématique d'époques reculées, tu traverses le temps...
De tes pamphlets satyriques, tu défigures à outrance toutes les parures
Pour mieux faire jaillir l'absurde de la réalité sous tes carricatures
Bouffon irraisonné qui démaquille sans pitié les plus grands
De tes délires sarcastiques sortent les évidences qu'on se cache
Comme des mensonges admis qu'on ne remet plus en doute
Mais tu trahis sans vergogne ces manipulations dans tes joutes
Gare à ceux qui croisent ta route et s'en détachent...

Fou du roi, tu laisses loin derrière les allégations de démence qui t'identifient

Sous tes travers de simple d'esprit, tu te prosternes devant la raison
Cette raison du plus fort, qui étouffe nos sursauts de rebellion
Par un pouvoir absolu qui nous enferme dans nos incertitudes bannies
Aveuglés par des flots de paroles qui nous envoûtent
On oublie notre libre arbitre dans des lavages de cerveaux
Qui nous empêchent de saisir très nettement tous les scénarios
Nos oreilles semblent sourdes, confrontées à ton ironie, qui écoute...

Ton rôle de simplet paraît loin de celui des stars de la grande affiche
Pourtant ton rôle à toi, plus discret, est le plus indispensable
Bouffée d'oxygène quand, tout, autour de nous, rend l'air mal respirable
On pensait que rien, jamais, ne pourrait sortir de ton esprit en friche
Mais les sols les plus fertiles doivent leur rendement au repos de la terre
Tes pensées courent aussi vite que des rayons de lumière
Quand de quelques bons mots savamment orchestrés, enfin tout devient clair
Et que ton jour meurtrit ainsi les hypocrisies de ses aurores guerrières...

Protégé par ton immunité derrière ton loup de pitre attardé

Sous ton bonnet d'âne à clochettes rugissent des torrents arides
Qui déshabillent sans répit les machinations sordides des esprits bien lucides
Qui obscurcissent la face du monde de leurs flagorneries cachées
Tu dévoiles en place publique les répétitions de coulisse
Tu vois le monde à travers un prisme aux facettes qui dépoussièrent
Quand de tes mots lourds et cruels tu nettoies tous les cimetières
D'un coup d'éponge déconcertant sur des murs que tu détapisses...

Pauvre fou en perdition qu'on montre du doigt pour le blâmer
Tes prédications semées au vent, font changer le cours du temps
Par leur accent de ridicule, qui éxécute au pilori les plus bêtement intelligents
Tu le sais bien, au fond de toi, avec ta raison d'aliéné,
Que tout se joue dans tes paroles inutiles qu'on juge sans danger

Tu le sais bien qu'il te faut ce regard un peu hagard
Pour qu'on se regarde un peu dans le miroir
Et qu'enfin grâce à tes éclairages clairvoyants, on puisse rire de toutes nos cécités...


L.W.


Partager cet article

Repost 0
21 juin 2007 4 21 /06 /juin /2007 01:33

Johann Wolfgang von Goethe



Il y a une citation de Goethe (1749-1832), que j'apprécie énormément, et que je voudrais vous faire partager...
Elle dit :

" Dès que nous prenons un engagement ferme, des évènements positifs commencent à se réaliser.
Tant qu'il n'y a pas d'engagement, il y a hésitation, il y a possibilité de reculer et il y a toujours de l'innefficacité.

Pour tous les actes d'initiative et de création, il existe une vérité élémentaire -- l'ignorer détruit des idées magnifiques et des plans superbes.
La voici : Dès le moment où l'on prend un engagement ferme, la Providence commence aussitôt à agir. Toutes sortes de choses se produisent alors pour nous aider -- qui ne se seraient pas produites autrement.

Une série d'évènements prend naissance à partir de cette décision, qui créent en notre faveur une multitude d'incidents imprévus, de rencontres et d'assistance matérielle tels que nous n'aurions jamais pu imaginer.


Peu importe ce que vous pouvez faire ou rêvez que vous puissiez faire, commence-le !

Il y a du génie dans l'audace, de la puissance et de la magie aussi !"




Et puis pour renforcer un peu la motivation, Paulo Coelho, dans l'Alchimiste :
" Ne renonce jamais à tes rêves, avait dit le vieux roi. Sois attentif aux signes."
(......)
" Lorsque tu veux vraiment une chose, tout l'univers conspire à te permettre de réaliser ton désir", avait dit le vieux roi...


Tout ça rejoint totalement la pensée positive et la pensée créatrice...
Je développerai un autre jour, il est tard ce soir...
Méditez là-dessus, sérieusement :

Si vous vous sentez à l'étroit dans votre vie...
Est-ce que ... par hasard ou par nécessité... vous n'auriez pas renoncé à vos rêves ?... ...

Partager cet article

Repost 0
18 juin 2007 1 18 /06 /juin /2007 23:42


"A quoi bon soulever des montagnes,
Quand il est si simple de passer par dessus ?"

Boris Vian ( par ici...)



En vérité, il faut bien l'admettre, nous adorons nous compliquer la vie... Même le progrès, ça complique souvent la vie.
Ce qui importe, c'est la façon d'examiner le problème, l'angle de vue qu'on adopte. On trouvera des solutions différentes
suivant les détails sur lesquels on s'arrêtera.

Parfois c'est le temps qui nous permet d'appréhender mieux la situation, en permettant à la réflexion de trouver un autre chemin à emprunter, que le premier qui était venu à l'esprit...
D'autres fois c'est l'expérience, la réplique d'une situation déjà vécue qui nous permet de savoir contourner l'obstacle, plutôt que d'avoir à lutter contre les éléments...

Il y a aussi une certaine fierté, une certaine gloire à avoir soulevé une montagne, un exploit digne des grands héros. C'est cela, c'est peut-être par goût de l'héroïsme que nous cherchons cela.
On sent la fougue et la force de la passion, réunies pour vaincre contre l'obstacle. On sent la puissance et la rage de vaincre dans la visualisation d'une montagne soulevée et jetée au vent...



Alors que passer par-dessus une montagne, c'est commun, ça manque de distinction. On peut résumer ça au mieux, en un exploit sportif d'alpiniste confirmé, mais en aucun cas ça ne fait rêver, aucune énergie volatile ne s'en dégage. C'est une visualisation non vibrante...

Alors... peut-être faut-il continuer à vouloir soulever des montagnes, parce que rêver, ça fait vivre en plus grand, ça projette sur grand écran tous nos désirs de grandeur et d'immensité...
Et pour la routine... il suffit de rouvrir les yeux, et d'observer tous les alpinistes alentours, qui s'encordent à leurs vies...


Peut-être qu'ils ont raison... Peut-être qu'ils ont tort...
Peut-être que l'on n'a jamais ni tort ni raison dans ce genre d'histoire...
Allez savoir...

Avez-vous déjà essayé de soulever une montagne ?
...


Partager cet article

Repost 0
18 juin 2007 1 18 /06 /juin /2007 23:22


"Même lorsque l'on croit que l'on n'attend plus rien,
nous attendons toujours quelque chose ou quelqu'un..."

Charles Aznavour ( juke box...)




Bien sûr que nous attendons toujours quelqu'un ou quelque chose...
Si l'on n'attendait rien, on mourrait...

Certains attendent des choses impossibles, et se torturent ainsi la vie à rêver de chimères, au lieu d'oeuvrer à un bien être accessible, dont ils seraient partie prenante.
D'autres croient que tout ce qu'ils attendent ne peut leur être apporté que par quelqu'un, alors ils attendent ce sauveur, qui peut prendre la forme du prince charmant, de Dieu ou d'un parfait point d'interrogation.
D'autres encore croient qu'ils n'attendent rien, ils vivent leurs vies sans trop se poser de questions, comme un passage obligé, sorte d'étape qu'ils subissent ou supportent, inconscients qu'ils sont que leur sort pourrait être grandement amélioré, s'ils laissaient la sève qui coule en eux, monter dans leurs esprits, et fleurir leurs espoirs...

Il est parfois difficile d'admettre que l'on attend quelque chose ou quelqu'un.
L'orgueil tient à sa place, et rejette l'idée de souffrance ou d'insatisfaction.
Mieux vaut ne rien attendre, cela semble anesthésier la souffrance, mais l'anesthésie ne soigne ni ne guérit. Elle endort le corps et l'esprit pour les rendre insensibles, mais n'apporte aucun réconfort.
Mieux encore, c'est toujours au réveil de l'anesthésie qu'on a le plus mal...

L'anesthésie se fait parfois en douce, sans qu'on s'en rende compte, et du coup lorsque ce quelque chose ou ce quelqu'un se manifeste, notre état de somnolence manifeste, a peine à distinguer ce qui se passe...

Mais, au fond de nous, on a tous cette attente. C'est elle qui nous fait vivre et nous motive pour avancer. On y croit tous à la lumière du bout du tunnel.
On y croit tous à l'amour même s'il n'est pas éternel. On croit tous à la vie, même si certains s'en gardent. On croit tous en l'avenir, car jusqu'à présent, le soleil s'est toujours levé au bout de la nuit...

Et si ça se trouve, c'est moi que vous attendiez, non ?... ...


Partager cet article

Repost 0
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 22:31

"L'amant ? On le case là, entre la nuit et le jour, entre le lit et la cour, entre le mari et l'amour... C'est la passager clandestin d'une vie sans destin."
Jérôme Touzalin ( visite...)




L'amant est être à part... Nous sommes tous des amants et des amantes, car il faut bien l'avouer, la fidélité est une utopie. Il peut y avoir une fidélité physique, mais la fidélité du coeur, peut-on jamais pouvoir la contrôler ?

Il est facile de maîtriser le corps physique, mais quand il s'agit de ressentir plus profondément les choses, on finit toujours par vaincre, à force de combat contre soi-même ce sentiment, mais c'est plus difficile...
Et ce temps donné en pensées à quelqu'un, n'est-il pas aussi temps infidèle ? Que ceux qui n'ont jamais songé à tromper en pensée leur conjoint, me jette la première pierre... Je n'ai rien à craindre...
Et puis, c'est idiot, la fidélité, c'est contre-nature !


Bien sûr, il faut savoir pourquoi l'amant apporte quelque chose de plus... Pas de plus d'ailleurs... de différent. On n'y recherche pas la même chose. Y recherche-t-on quelque chose d'ailleurs ?


Il y a des gens qui sont faits pour se rencontrer, faire quelques pas ensembles sur le chemin, histoire de passer le temps, et puis qui se quittent comme ils se sont trouvés, chacun de son côté...
L'amant est un passant de la vie, comme vous et moi, un passant qui se promène dans notre vie à un moment ou à un autre... Peut-être ce fameux moment où l'on a besoin de vivre selon soi, selon ses propres codes, sans vouloir penser à autre chose... qu'au moment présent
.


Mais la relation est difficile à vivre par ses contraintes... C'est peut-être pour ça qu'elle est si puissante, sûrement des relents de goût de l'interdit...
Oui ! Il y a quelque chose d'enfantin dans la relation adultère, le goût du secret, l'importance de l'instant...
Et tant pis pour ceux que ça peut choquer, mais se priver de ressentir ces choses, c'est idiot.... La vie est courte !


"Entre le mari et l'amour", c'est une belle formule... J'aurais aimé l'écrire... C'est tout à fait ça...
Et à quoi ça sert, me direz-vous ?... Ben à rien, ça ne sert à rien du tout, mais...


Pourquoi faudrait-il toujours que tout serve à quelque chose, hein ?... ...

Partager cet article

Repost 0
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 22:08

"Si un jour, tu te sens inutile et déprimé, souviens-toi : un jour tu as été le spermatozoïde le plus rapide du groupe !"
(citation glanée sur le net...)




Nous sommes donc tous des gagnants, puisque nous avons réussi le test de sélection, un sur plusieurs milliers... De quoi se choper la grosse tête... même si c'est par la vitesse de propulsion de tout son corps que le petit spermatozoïde a gagné le combat...
La lutte pour la vie commence avant la vie...

Mais... où commence la vie ? Est-ce que ce spermatozoïde, c'est déjà nous ?


Il lui faut quand même trouver un foyer accueillant pour s'y épanouir et grandir...
A lui seul, qu'est-il donc ? ... Surtout si, condamné à cet enfermement, il ne quitte jamais ses bourses natales ...

Mais laissons ces considérations biologiques là où elles se trouvent, et restons tournés vers la philosophie. C'est vrai qu'on a tous des petits coups de blues... L'utilité, l'inutilité de la vie sont des interrogations bien trop vastes pour nos petits cerveaux. On y apporte chacun les réponses que l'on peut, que l'on veut... Certains jours elles nous satisfont, d'autres pas...
Et la vie suit son cours. On a de temps en temps, besoin de se raccrocher à quelque chose. Alors pourquoi pas à cette constatation ?

Peu importe sa véracité, si elle nous réconforte. nous met l'esprit dans une bien meilleure disposition pour L'humour contenu dans ces quelques motsvoir les choses autrement, et se sentir fort et grand.
Parce que, finalement, au regard du monde, et des milliards d'êtres humains qui l'habitent, nous ne sommes pas plus importants, individuellement, qu'un spermatozoïde perdu parmi ses copains...

Et cette analogie, cette vision de notre première victoire, peut sans doute, nous donner la force de continuer à livrer d'autres batailles, parce que l'on sait dès lors que la victoire est possible.

Si on a réussi à gagner une fois, on sait que c'est possible... Et si c'est possible, alors on peut le refaire si on y emploie l'énergie nécessaire, non ?

Comme dirait le bon docteur Schüller : "Tout est possible"...

Partager cet article

Repost 0

REPERES...

  bullet jaune   Sommaire général  

  bullet jaune   Page d'accueil

Liens...