Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil...

  • Lo
  • laurencewitko5@gmail.com
  • laurencewitko5@gmail.com

CONTACT...

Rechercher...

OU BIEN LAISSER UN MESSAGE...

Archives...

31 juillet 2007 2 31 /07 /juillet /2007 23:53

  Cliquez pour dérouler les articles…


 

29 -- Savoir qui l'on est...

" Quand vous ne savez pas qui vous êtes vraiment, peu importe l'âge que vous avez, vous n'êtes qu'un enfant."
Nisargadatta Maharaj

 

30 -- Lettre de motivation...

En vers mais pas contre tout...


31 --
Ta mission d'ange...

Extrait de texte de Lucie Saint Gelais

   
32 -- C'est vous qui devez faire l'effort...

" C'est VOUS qui devez faire l'effort. Les sages du passé montrent seulement le chemin."
Dhammapada


33 --
Cerveau ou moelle épinière... à vous de choisir...

" Celui qui défile joyeusement au pas cadencé a déjà gagné mon mépris. C'est par erreur qu'on lui a donné un grand cerveau, puisque la moelle épinière lui suffirait amplement."
Albert Einstein

 
34 -- 07 07 07 ... La hasard et l'effet miroir...

" Nous attirons exactement ce dont nous avons besoin à chaque instant."
Edgar Cayce


35 -- Les rendez-vous de la vie...

" Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous."
Paul Eluard


36 --
Réflexions...

" Ne prenez pas pour vrai, tout ce qui vous est dit, même si ces paroles proviennent d'un maître."
Bouddha

 
37 -- Si la vie vous jette par terre...

" Si la vie vous jette par terre, levez les yeux : il y a des étoiles au-dessus de vous !"
Guy Finley


38 -- La nature humaine...

" La nature fait les hommes semblables, la vie les rend différents."
Confucius


39 -- Let it go ! ...

" Détournez-vous de ceux qui vous découragent de vos ambitions, c'est l'habitude des mesquins.
Ceux qui sont vraiment grands vous font comprendre que vous aussi, vouspouvez le devenir.
"
Mark Twain


40 -- Le rire reste le propre de l'homme...

" Le rire, comme les essuie-glaces, permet d'avancer, même s'il n'arrête pas la pluie."
Auteur Inconnu


41 -- Sur la route...

" Chaque fois que quelqu'un croise notre route, il porte un message pour nous.
Les rencontres de pur hasard n'existent pas.
C'est notre manière de répondre à ces rencontres qui détermine si nous recevrons ou non le message.
Si, lorsque nous parlons avec celui qui croise notre chemin, nous ne voyons pas le message qui se rapporte à nos questions, cela ne signifie pas qu'il n'y avait pas de message.
Seulement que nous ne l'avons pas découvert.
"
James Redfield


42 -- Silence !...

" Pour savoir qui tu es, écoute ton silence..."
Yankun


43 --
Imaginons...

" L'imagination est plus importante que le savoir."
Albert Einstein

 
44 --
Hein ? ...

" Ecouter... c'est encore ce qu'il y a de mieux pour bien entendre."
Beaumarchais

 
45 --
Croire en son rêve...

 " N'écoutez pas les personnes qui ont la mauvaise habitude d'être négatives, car elles volent les meilleurs espoirs de votre coeur..."
Auteur Inconnu
 


46 -- Peut-être...

" Peut-être que Dieu veut que nous rencontrions quelques personnes qui nous font du mal, avant de rencontrer LA bonne personne, et ce,
afin que nous sachions quand nous rencontrons la bonne personne, comment être reconnaissants pour ce cadeau..
"
Auteur Inconnu 

 

47 -- L'habitude...

" On ne se débarasse pas d'une habitude en la flanquant par la fenêtre : il faut lui faire descendre l'escalier marche par marche."
Mark Twain


48 -- Manuel du guerrier de la Lumière...

" Tout guerrier de la lumière a eu peur de s'engager dans le combat."
Paulo Coelho


49 -- Zelinsky, les 101 principes...

" La vie est difficile, certes, mais en comparaison de quoi ?"
Zélinski


 


 

 

SOMMAIRE GENERAL
RETOUR ACCUEIL

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lo - dans SOMMAIRE
commenter cet article
31 juillet 2007 2 31 /07 /juillet /2007 23:51

" La vie est difficile, certes, mais en comparaison de quoi ?"

Zelinski (principe n° 3)



Tous les jours, partout, les gens se plaignent que la vie est difficile...

Certes, mais savent-ils seulement ce qui nous attend après, et d'où l'on vient ?
Qui a dit que la vie devait être facile ?
Et ça veut dire quoi facile ? Difficile ?...
Cela veut dire qu'on a l'impression de ne pas avoir ce que l'on veut... ou ce que l'on mérite... ou ce à quoi on s'attendait ... que l'on a toutes sortes de contraintes, de problèmes à résoudre, de difficultés, de contretemps, d'obstacles à franchir....

Une course d'obstacles... pour les chevaux de course, c'est seulement un challenge, et ça nous fait rêver de les regarder se donner à fond pour réussir le pari. Le cheval ne se pose pas la question de savoir s'il va franchir ou non l'obstacle. On l'entraîne dans ce but, et progressant un peu plus chaque jour, les obstacles deviennent un jeu, une routine.
Nous n'arrivons pas à nous forger un mental de cheval de course, et nous nous décourageons devant pas grand chose
au lieu de nous entraîner à devenir, dans notre tête, des gagnants, des conquérants, des vainqueurs.


Les obstacles, les difficultés nous font réfléchir, grandir, trouver des solutions, des réponses, s'adapter... et progresser. Ils nous obligent à nous poser des questions, à élaborer des stratégies, à penser plus loin, à devenir plus forts.
Les difficultés sont de puissants stimulants dressés sur notre parcours pour nous obliger à garder la vue perçante et à ne pas nous endormir sans prendre garde quand on se sent arrivés au bout de notre course. Les difficultés sont en quelque sorte un mécanisme de survie, une stratégie de défense pour ne pas risquer de mourir bêtement... d'ennui ou d'excès de prudence.


La vie n'est pas difficile, elle EST tout simplement...
Que serait une vie où l'on ne connaîtrait ni peur, ni inquiétude, ni doute, ni émotions....

L'absence d'émotions négatives ferait par contrecoup baisser l'intensité de émotions positives... Ce serait dommage de voir toute cette intensité de vie décliner au profit d'un itinéraire reposant, certes, mais fade...
La vie est difficile pour ceux qui font de la comparaison une mesure valable de la vie, pour ceux qui pensent, par péché d'orgueil, qu'ils n'ont pas la juste place qui leur revient.

Mais ... ce défi permanent n'est-il pas l'essence même de la vie ?... ...


Partager cet article

Repost 0
31 juillet 2007 2 31 /07 /juillet /2007 02:44


Paulo Coelho : "Le manuel du guerrier de la lumière"


" (...)

Tout guerrier de la lumière a eu peur de s'engager dans le combat.
Tout guerrier de la lumière a trahi et menti par le passé.
Tout guerrier de la lumière a déjà perdu foi en l'avenir.
Tout guerrier de la lumière a souffert pour des choses sans importance.
Tout guerrier de la lumière a douté d'être un guerrier de la lumière.
Tout guerrier de la lumière a manqué à ses obligations spirituelles.
Tout guerrier de la lumière a dit oui quand il voulait dire non.
Tout guerrier de la lumière a blessé quelqu'un qu'il aimait.

C'est pour cela qu'il est un guerrier de la lumière.
Parce qu'il est passé par toutes ces expériences, et n'a pas perdu l'espoir de devenir meilleur."

Nous sommes le résultat de différentes expériences. Notre passé, notre histoire personnelle fait de nous ce que nous sommes, mais il n'est écrit nulle part que l'histoire s'arrête là...
Bien au contraire, c'est à la fin du roman qu'on reconnaît la valeur de l'histoire. Le passé n'est pas la source qui doit alimenter le présent. Le présent se vit sans références incessantes à d'anciennes croyances, il se ressent dans l'instant, d'un souffle nouveau à chaque respiration...

Nous avons tous immanquablement commis des erreurs, de jugement, de comportement, d'évaluations... mais la perfection en ce monde n'existe pas.
L'essentiel est de savoir se pardonner au moins autant qu'on peut pardonner aux autres le mal qu'ils peuvent nous faire et de savoir faire preuve d'indulgence avec soi-même, sous peine de passer à côté de ce que l'on a de meilleur...

Nos plus grandes batailles, c'est peut-être contre nous-mêmes qu'on a à les livrer ?... ...


Partager cet article

Repost 0
31 juillet 2007 2 31 /07 /juillet /2007 01:04

Emprunté au net, auteur inconnu... à méditer...



" Peut-être que Dieu veut que nous rencontrions quelques personnes qui nous font du mal, avant de rencontrer LA bonne personne, et ce, afin que nous sachions quand nous rencontrons la bonne personne, comment être reconnaissants pour ce cadeau...

Quand la porte du bonheur se ferme, une autre s'ouvre ; mais souvent, nous regardons si longtemps la porte fermée que nous ne voyons pas la porte qui s'est ouverte pour nous...

Le meilleur ami est celui avec qui on peut s'asseoir sans jamais dire un mot
, puis s'éloigner en se disant que c'était la meilleure conversation que nous ayons jamais eue...
Il est vrai que nous ne savons pas la chance que nous avons d'avoir quelque chose jusqu'à ce que nous la perdions ; mais il est aussi vrai que nous ne savons pas ce que nous avons manqué jusqu'à ce que cela arrive...

Donner à une personne tout votre amour n'est jamais une assurance qu'elle vous aimera en retour. N'attendez pas d'amour en retour, attendez seulement que cela grandisse dans le coeur des autres. Même si cela ne se produit pas, soyez content tout de même que l'amour ait grandi le vôtre...
Cela prend seulement une minute pour remarquer quelqu'un, une heure pour l'apprécier et une journée pour l'aimer. Mais, cela prend toute une vie pour l'oublier...

Ne vous fiez pas aux apparences, elles sont souvent trompeuses. Ne vous basez pas sur la richesse, elle peut disparaître. Recherchez quelqu'un qui vous fait sourire car il suffit d'un sourire pour illuminer une journée sombre. ...Trouvez la personne qui fait sourire votre coeur !... Il y a des moments dans la vie où une personne vous manque tellement que vous voudriez la sortir de vos souvenirs pour la prendre réellement dans vos bras...

Rêvez ce que vous voulez, allez où vous voulez parce que vous n'avez qu'une seule vie et une seule chance de tout faire ce que vous avez envie de faire...

Puissiez-vous avoir assez de bonheur pour vous rendre agréable, assez d'embûches pour vous rendre plus fort, assez de chagrins pour vous garder humain et assez d'espoir pour vous rendre heureux...

Les gens les plus heureux
ne sont pas nécessairement ceux qui ont le meilleur de chaque chose, mais ceux qui profitent simplement de tout ce qui vient sur leur voie...

Quand vous êtes nés vous pleuriez et les gens autour de vous souriaient... Vivez votre vie de telle sorte qu'à votre mort, vous soyez celui qui sourit, et que tout le monde autour de vous pleure... "


Peut-être que... Peut-être pas... Peut-être que si... Peut-être que non...

Mais que peut on être sans tous ces "peut-être" de la vie qui nous font cheminer...?...
...



Partager cet article

Repost 0
31 juillet 2007 2 31 /07 /juillet /2007 00:45


" On ne se débarasse pas d'une habitude en la flanquant par la fenêtre : il faut lui faire descendre l'escalier marche par marche."
Mark Twain



On ne se rend pas toujours bien compte à quel point notre vie est régie par des habitudes, des habitudes de toutes sortes, qui vont de la simple façon de se brosser les dents à des habitudes plus contraignantes auxquelles nous ne faisons plus attention à mesure que le temps passe...
 
Les habitudes ont souvent pour raison de nous stabiliser dans notre vie, notre façon d'être
, elles peuvent avoir un côté rassurant. Elles ne sont d'ailleurs pas toutes forcément mauvaises ou nocives pour notre équilibre.
Il existe des habitudes très saines
qui nous permettent de vivre dans l'optimisme, une façon d'envisager toujours la bouteille encore à moitié pleine plutôt qu'à moitié vide, ou de se dire que chaque jour apporte son lot de bonnes choses et d'occasions qui ne se reproduiront plus,etc...


Il existe aussi des habitudes qui ne sont ni bonnes ni mauvaises, sortes de routines qui s'encastrent dans notre vie aussi vraies que le ciel est bleu et que la nuit tous les chats sont gris.
Ces habitudes sont des parties de notre personnalité, un tic de langage ou une manière de fermer son portail... Peu importe...
Tous ces petits gestes ou façons d'être qui sont notre quotidien le plus basique. Ces habitudes ne nous font ni bien ni mal, il faut bien vivre, et dans les actions répétées, on finit par adopter quelques automatismes que l'on en soit ou non conscient...

Néanmoins, il existe une catégorie d'habitudes qu'il ne faut pas négliger quand elles ne sont finalement que des entraves, que des choses apprises, et répétées inlassablement comme s'il n'y avait aucune autre façon de faire, alors même que l'on sent bien qu'elles nous pèsent.
Il peut s'agir de certaines façons de réagir dans des conditions particulières, une façon de se ressentir face au monde, des croyances que l'on sait erronées mais que l'on ne veut pas remettre en cause de peur du changement que cela pourrait engendrer.
Car, bien souvent, les habitudes sont des remparts levés contre le changement. On veut rester en terrain connu et les habitudes nous y confortent et nous sécurisent.
Prendre le risque de remettre en question ses habitudes, c'est courir le risque de changer... Et le changement peut sembler être un danger...
Plonger dans un inconnu incertain alors qu'on n'est pas si mal là où l'on a pied...

Il faut d'abord arriver à identifier ces habitudes qui nous nuisent avant de pouvoir lutter contre, et la partie n'en est pas gagnée pour autant.
Comme le dit si bien le proverbe : "Chassez le naturel, il revient au galop !". Il s'agit de prendre véritablement conscience des changements à apporter et d'y vouer une attention constante en y mettant les moyens nécessaires, jusqu'a ce qu'enfin un jour, on puisse constater le changement effectif, la disparition d'un mode de fonctionnement, de pensée, ou d'un tic, dont on souhaitait se débarasser. Plutôt que de lutter contre une habitude néfaste, il vaut mieux en installer une nouvelle qui nous convienne et nous soit agréable, susceptible de la remplacer... qui petit à petit prendra toute sa place...

J'ai l'habitude de finir sur une question... pensez-vous que ce soit une... bonne habitude ? ...

Partager cet article

Repost 0
28 juillet 2007 6 28 /07 /juillet /2007 03:03

Glané sur le net, au hasard...


" N'écoutez pas les personnes qui ont la mauvaise habitude d'être négatives, car elles volent les meilleurs espoirs de votre coeur...
Rappelez-vous pour toujours du pouvoir qu'ont les mots que vous entendez ou que vous dites...
C'est pourquoi... soyez toujours positifs !

Et surtout...
Soyez toujours sourds quand quelqu'un vous dit que vous ne pouvez pas réaliser vos rêves...


Que vous fassiez ce que vous aimez pour votre propre plaisir,
Ou que vous fassiez ce que vous n'aimez pas par peur de déplaire,
Il y aura toujours quelqu'un qui critiquera quelque part...

Alors,
Pourquoi ne pas faire ce que vous aimez dès maintenant ?
La clé... est d'aller chercher vous-mêmes ce que vous, vous avez vraiment envie !


La vie va essayer de vous engloutir sous toutes sortes d'ordures,

Le truc pour sortir du trou est de se secouer pour avancer.
Chacun de nos ennuis est une pierre qui nous permet de progresser.
Nous pouvons sortir des puits les plus profonds en n'arrêtant jamais, ne jamais abandonner !
Secouez-vous et foncez !


Rappelez-vous de ces cinq règles simples pour être heureux :

1- Libérez votre coeur de la haine
2- Libérez votre esprit des inquiétudes
3- Vivez simplement
4- Donnez plus
5- Attendez moins


A lire comme ça, ça paraît simple... Alors pourquoi on n'y arrive pas ???... ...


Partager cet article

Repost 0
28 juillet 2007 6 28 /07 /juillet /2007 02:35


" Ecouter... c'est encore ce qu'il y a de mieux pour bien entendre."

Beaumarchais



Combien de fois avons-nous (eu) l'impression de parler sans être entendu, ni compris ?

Combien de fois écoutons-nous sans entendre ce que signifient les mots qui nous arrivent par l'intermédiaire des oreilles ?
Nous sommes dans le monde de la communication, pourtant... la communication entre les personnes va au plus mal.
Nous entendons ce que nous désirons entendre, nous nous écoutons, les uns les autres, aussi distraitement que l'on prête l'oreille aux émissions de télévision ou de radio.
Pour preuve de ce que j'avance, la multiplication des "psy" en tous genres et des coach de vie... Si nous n'avions pas ce sentiment de ne pas être entendus, ni écoutés, pourquoi aurions-nous besoin de s'allonger sur un divan anonyme pour enfin avoir le sentiment de pouvoir être écouté ?
Comment expliquer la misère émotionnelle qui gangrène le monde actuel ?

Nous sommes exposés sans même nous en rendre toujours compte à un monde ultra-violent, qui véhicule beaucoup d'émotions négatives.
Nous déléguons l'éducation de nos enfants à des tas de professionnels, comme si l'éducation n'était que transmission d'informations intellectuelles que l'on peut apprendre de la même façon que le raisonnement logique ou le savoir-faire artisanal.
Nous espérons rencontrer l'âme soeur au cours de "speed-dating", chronomètre en main, pour envisager des lendemains moins stressés par l'épanouissement d'une vie de famille stabilisante.
Nous jetons très vite des aliments tous cuisinés dans un micro-ondes en espérant presque y retrouver la même saveur que dans un ragoût mijoté avec amour pendant trois heures à petits feux.
Nous consommons à tout va n'importe quoi car les prix du marché, made in China bien sûr, nous donnent l'illusion d'une richesse abordable pour tous.
Nous payons une fortune des salles de gymnastique avec des appareils ultra-sophistiqués en pensant que notre corps en éprouvera autant de bienfaits qu'au cours d'une longue marche en montagne ou en forêt.
Nous polluons à fumées rompues tous les beaux lieux de la planète au nom d'un tourisme qui nous fait croire que tout voyage est un enrichissement personnel.
Nous croyons... Nous nous illusionnons...

Mais que ressentons-nous le soir de toutes ces choses qui remplissent notre vide intérieur ?...


Tout le monde entend... mais personne n'écoute... Jusqu'où et jusqu'à quand ?... La mondialisation bien sûr, les contraintes économiques, le réchauffement planétaire, les luttes de pouvoir, la guerre, le cancer...
Il y a a tellement de choses plus importantes que de faire attention à ce que l'on nous dit quand quelqu'un nous demande de l'écouter
...
Comme l'a dit Henri Laborit : "Il est plus facile de professer en paroles un humanisme de bon aloi, que de rendre service à son voisin de palier !"

C'est peut-être pour ça que je préfère écrire... lire, c'est plus facile qu'écouter, non ?... ...

Partager cet article

Repost 0
28 juillet 2007 6 28 /07 /juillet /2007 01:59


" L'imagination est plus importante que le savoir."

Albert Einstein



On pourrait trouver la phrase assez banale si on la lit sans s'y arrêter, pouvant l'interpréter au sens qu'il est plus important de posséder la faculté de créativité que celle de mémorisation de connaissances.
Ce qui est certes vrai car la créativité n'empêche pas d'être doté de la faculté d'apprendre, bien au contraire. Rares sont les esprits créatifs qui ne sont pas curieux et en recherche permanente. Toutefois, ce n'est pas vers ce genre de propos que je veux me diriger.

Cette phrase en appelle une autre, en rapport avec les lois de l'esprit.
Je passerai par Emile Coué qui, le premier a montré et démontré la supériorité de l'imagination sur la volonté, et l'a mis en pratique via l'autosuggestion consciente. En effet, cette volonté que nous revendiquons si fièrement, cède toujours le pas à l'imagination.

Il cite un exemple : si l'on prend une planche de 10 mètres de long sur 0.25 cm de large et qu'on la place sur le sol.
Immanquablement, tout le monde sera capable d'aller d'un bout à l'autre de cette planche sans mettre le pied à côté.
Maintenant... si on la place à une très grande hauteur, entre deux toits par exemple, pratiquement personne n'y fera deux pas sans trembler, et malgré tous nos efforts de volonté, on tomberait sur le sol. Pourquoi ?
La planche est exactement la même que lorsqu'elle est posée au sol.
Dans le premier cas, on s'imagine qu'il est facile d'aller au bout de cette planche, et dans le deuxième, on imagine qu'on ne peut pas.
On a beau vouloir traverser, si on s'imagine qu'on ne peut pas le faire, on est dans l'impossibilité de le faire ! A chaque pas, on pense "je ne veux pas tomber mais je ne peux pas m'en empêcher..." Il faut donc arriver à conduire son imagination pour ne plus en être le jouet.



Coué compare l'imagination à un cheval sauvage qui n'a ni guide ni rênes.
Le cavalier ne peut alors rien faire d'autre que laisser le cheval aller où il lui plaît. Si le cavalier parvient à mettre des rênes à sa monture, alors les rôles sont changés.
Ce n'est plus le cheval qui va là où il veut,mais le cavalier qui fait suivre au cheval, la route qu'il désire... Ainsi pouvons-nous nous aussi,par le pouvoir de l'autosuggestion, guider notre route...
Cela demande une discipline certaine mais elle vaut le coup...

Je vous invite à découvrir par vous-même l'oeuvre d'Emile Coué, trop souvent mal relayée pour comprendre l'importance de la suggestion et les mécanismes de fonctionnement de notre inconscient...
Car outre le fait que l'autosuggestion consciente peut apporter beaucoup à chacun d'entre nous, on comprend aussi comment on peut être victimes des suggestions des autres qui nous enferment dans un mode de pensée ou de comportement qui nous nuit sur le long terme en remplissant notre imagination de limitations erronées qui nous font la vie dure...



Et si je vous faisais une suggestion ... celle d'imaginer votre vie comme vous la voudriez ?... ...

Partager cet article

Repost 0
27 juillet 2007 5 27 /07 /juillet /2007 01:11


" Pour savoir qui tu es, écoute ton silence..."

Yankun



Il n'y a que dans le silence et la solitude que l'on peut se regarder sans mentir, sans se cacher derrière nos images...
Les pères du désert prêchaient déjà cela il y a bien longtemps. La solitude nous permet de retrouver nos vrais besoins indépendamment de toute influence, de se ressentir dans notre fragilité et notre faiblesse sans avoir à nous montrer autre que ce que l'on est.

Le silence n'est pas absence de mots, le silence est porteur de nos pensées, enfin à portée d'écoute,
à portée d'attention, et peut-être de compréhension.

Mais il faut qu'il soit long ce silence pour nous permettre d'accéder à nos pensées profondes... Le silence une fois apprivoisé, se fait presque nécessité, forme d'hygiène de vie, pour évacuer et trier les apports de la journée... un espace personnel dédié au ménage intérieur...
Le silence peut aussi n'être que vide, et faire ainsi place à la détente du mental...


Le silence est quelquefois brouhaha infernal
quand la tête pleine, on n'arrive pas à atteindre la détente sereine d'un moment de calme. Ce silence nous en dit long de nos frustrations, de nos agacements, et de notre difficulté à comprendre les choses.
Ces silences pleins de bruits nous aident néanmoins à prendre conscience de l'énergie qui circule en nous
, et de ce que nous faisons... Pas toujours bien utilisée, pas toujours mesurée, mais terriblement présente...


Ecouter son silence, c'est écouter les choses qui nous heurtent, les choses qui nous rendent vivants, les choses qui nous font humains...

C'est respirer son atmosphère intérieur personnel, et comprendre ce que l'on pourrait en faire en canalisant positivement tout ce tumulte...
Le silence de nos mots est rarement silence de nos maux... bien au contraire... Puisque l'on ne peut pas l'entendre par nos oreilles, il nous faut l'écouter en connection directe, en sondant nos profondeurs intimes... et peut-être si nous en avons le courage et l'envie, comprendre ce que l'on ne sait pas se laisser entendre.

Le silence est notre ami.
Nous vivons dans un monde rempli de trop de bruits, de trop de sollicitations visuelles, auditives, olfactives, etc...
Nous nous remplissons chaque jour de stimulations sensorielles diverses qui nous éloignent de nos besoins fondamentaux. Il faut à un moment vidanger la machine pour retrouver nos fonctions essentielles, et nous ressentir dans notre simplicité primaire.
Le monde, la société, ont évolué certes, mais les besoins fondamentaux de l'être humain sont les mêmes : respirer, se nourrir, aimer et être aimé, être reconnu pour ce que l'on est, dormir, etc...
L'écran à cristaux liquide, l'e-book et le voyage touristique en navette spatiale ne sont que des besoins très... secondaires...

Et si nous faisions une minute de silence pour nous écouter ensemble, hein ? ...

Partager cet article

Repost 0
26 juillet 2007 4 26 /07 /juillet /2007 02:05

"Chaque fois que quelqu'un croise notre route, il porte un message pour nous. Les rencontres de pur hasard n'existent pas. C'est notre manière de répondre à ces rencontres qui détermine si nous recevrons ou non le message. Si, lorsque nous parlons avec celui qui croise notre chemin, nous ne voyons pas le message qui se rapporte à nos questions, cela ne signifie pas qu'il n'y avait pas de message. Seulement que nous ne l'avons pas découvert."


extrait de "La prophétie des Andes" de James Redfield


On rencontre toutes sortes de personnes au cours de notre vie...
Avec certaines nous entretenons des liens d'amitié, d'amour, de courtoisie... de haine, de rivalité...
Les personnes qui nous enrichissent positivement nous font la vie plus douce, et pour les autres, nous nous demandons souvent à quoi elles peuvent bien nous servir...
Pourtant toutes ont leur utilité en nous permettant de nous poser des questions que l'on n'aurait pas eu le loisir de se poser si elles n'avaient pas croisé notre route.

Si l'on aborde la vie, et les personnes que nous rencontrons sans voile et sans masque, mais avec sincérité et authenticité, on peut découvrir l'humanité qui nous relie tous...
même chez les personnes qui nous hérissent, il y a un être humain...

C'est aussi le rôle de chacun d'arriver à comprendre qu'au-delà du jeu social, nous ressentons tous les mêmes difficultés à vivre, la même solitude intérieure quand on se sent inapte à réagir ou à répondre comme notre coeur nous le conseille, parce que... nous ne sommes pas des êtres parfaits, seulement des êtres humains.... et notre égo, notre mental essaie souvent de dominer nos sentiments véritables.

Chaque personne que nous rencontrons nous met en relation avec certaines facettes de notre personnalité, et fait résonner différemment notre diapason d'émotions.

Ce qui nous fait réagir négativement à l'égard de quelqu'un, c'est parfois tout simplement l'impossibilité de communiquer, l'impossibilité de dépasser nos égocentrismes respectifs, l'impossibilité d'éprouver de l'empathie ou la difficulté de faire comprendre à l'autre que l'on est aussi vivant que lui même si l'on est différent.

On met quelquefois trop longtemps à décrypter le sens d'une relation présente ou passée.
Cela peut être dûe à une volonté de ne pas comprendre le message aussi... La vie est une sorte de jeu d'interrelations qui fait que nous cherchons parfois un sens là où notre rôle consiste seulement à être porteur d'un message à l'autre... Nous ne sommes pas là seulement pour recevoir... mais aussi pour donner... C'est l'aspect le plus difficile à comprendre pour tous ceux qui manquent de confiance en eux : comprendre que la vie leur fait confiance pour en aider d'autres...

Alors... Vous... qui croisez ma route ici... qu'en pensez-vous ?... ...

Partager cet article

Repost 0

REPERES...

  bullet jaune   Sommaire général  

  bullet jaune   Page d'accueil

Liens...