Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil...

  • Lo
  • laurencewitko5@gmail.com
  • laurencewitko5@gmail.com

CONTACT...

Rechercher...

OU BIEN LAISSER UN MESSAGE...

Archives...

4 février 2008 1 04 /02 /février /2008 01:25


" On ne fait pas ce qu'on veut et cependant on est responsable de ce qu'on est."
Jean-Paul Sartre
    (...clin d'oeil...)



C'est un constat parfois frustrant, mais qui n'en est pas moins vrai pour autant : nous ne faisons pas ce que l'on veut, toujours et partout... Nous vivons parmi et avec nos semblables, même si on a l'impression que certains l'oublient, nous formons un tout, un ensemble : l'ensemble humain... qui a érigé sa supériorité sur tout ce qui l'entourait... et qui nous entraîne en avant comme si le moteur s'était emballé...

Néanmoins, le fait de ne pas pouvoir toujours agir selon nos désirs, ne nous ôte pas la responsabilité de nos actes et de nos paroles. Les circonstances peuvent nous amener à revoir nos choix et nos décisions, mais qu'elles que soient ces circonstances, nous restons porteurs d'une conscience, et donc responsables de nous-mêmes. Elle sert à ça la conscience... à nous donner une autonomie de réflexion, et à nous permettre d'assumer nos actes et nos paroles...

Il est trop facile de se réfugier derrière nos obligations et nos devoirs pour se déresponsabiliser de ce petit grain de sel que l'on rajoute partout dans sa vie... Nous ne sommes pas des êtres parfaits, mais nous ne sommes pas non plus de simples pantins, animés par des mains supraterrestres qui joueraient de nous, comme on joue avec des petits soldats de plomb ou des poupées modèles... Nous avons prise sur nos vies, et bénéficions de toutes les connexions neuronales nécessaires pour nous en rendre compte... Seulement... c'est plus confortable de se dire qu'e lon "n'y peut rien..."

Si nous ne pouvons pas choisir comment se déroulent les évènements, nous pouvons choisir de quelle façon nous y réagissons, et prouver par là, notre pouvoir et notre responsabilisation face aux personnes et aux choses.... Nous ne sommes que des humains, nous n'avons pas toujours l'esprit assez serein pour nous permettre de prendre les meilleures décisions... Soit ! Faites déjà du mieux que vous pouvez, et ce sera déjà bien !...

Plus encore, notre conscience ne manque pas de nous rappeler à l'ordre quand d'aventure nous n'avons pas agi de concert avec elle... ainsi, notre responsabilité ne peut-elle pas nous échapper... Quand nous ne nous sentons pas en accord avec nous-mêmes, quand les questions fusent quant au bien-fondé des positions sur lesquelles on campe, ce débat intérieur, ces monologues silencieux nous renvoient aux valeurs que l'on porte en soi... Certaines sont assez universelles, d'autres sont des valeurs transmises, d'autres encore, à la manière d'une maladie auto immune, se sont développées en réponse à ce que la vie nous a laissé voir...

Dans tous les cas, le jugement de notre conscience sera toujours plus intense que toutes les justices des hommes réunis, car il est à la fois somme de toutes les valeurs fraternelles et humaines idéales et nécessaires à la vie en communauté, à laquelle s'ajoute la sensibilité personnelle de chacun...

Des fois je me demande...
Est-ce que je ne préférerai pas faire tout ce que je veux, sans être responsable de ce que je suis ?...
Vivre sans conscience... ni du bien ni du mal... ni du temps qui passe...

Partager cet article

Repost 0
2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 23:48

.
.......... Est-ce que l'amour ça se prête ?...


La question est simple... mais les réponses...
L'amour à durée déterminée, comme un prêt à la consommation... du prêt à aimer...
L'amour comme un bien dépersonnalisé qu'on peut s'échanger ou se prêter à loisir...
L'amour comme instrument de manipulation, conditionnel à un rendu...
Mais,
L'essence même de l'amour n'est-elle pas dans le partage, et donc dans le don et le reçu simultanément ?

Tout ce qui n'est pas amour inconditionnel, tendrait à être classé en prêt d'amour... puisqu'il y a des conditions nécessaires au plein développement de celui-ci... Il est subordonné à certains éléments, et donc non autonome, et non inconditionnel...
Mais alors... est-ce encore de l'amour ?...


L'amour au sens conceptuel du terme, peut peut-être faire l'objet de "prêts", de "mise à disposition au service de l'autre"...
mais l'amour-sentiment, porteur d'émotions, ne peut pas se prêter...
Comment pourrait-on prêter des émotions ? ...
On peut les feindre, mais pas les prêter, et puis ... les reprendre, ce qui équivaut dans ce cas à les renier...

Mais la question a tout son sens quand on se sent trahi, rejeté ou laissé sur le bord d'une histoire... On est en droit de se poser la question si l'amour était fondé ou juste ... "prêté"...
Et encore si c'est de l'amour ? De l'amour pour l'autre ou juste pour soi ? De l'amour égoïste ... ou du nombrilisme tout puissant ?...


Non, l'amour, ça se prête pas !... Il y a des choses comme ça qu'on tient à garder bien à soi, et qu'on partage seulement avec quelques élus...
L'amour ça se donne sans compter, et si on commence à tenir les comptes, là, ça devient du prêt... puisqu'on attend la monnaie... plus les intérêts...

D'ailleurs ne prêtez jamais de sentiments à personne... laissez-les s'exprimer d'eux-mêmes !... Parce que parfois, on a les perceptions émoussées et l'on perçoit de façon déformée le monde qui nous entoure... Aussi ne prêtez pas de sentiments !... On ne sait jamais ce qu'il pourrait en advenir...


Je voudrais emprunter de l'amour sur 15 ou 20 ans, à un taux d'investissement modéré... c'est possible ?... ...

Réponse de mon conseiller, J-L N., des Amours Grands Formats :
"On peut prêter l'amour, se prêter à l'amour et faire en sorte que le moment s'y prête !!!"...

Partager cet article

Repost 0
2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 16:58


"Ce qu'on ne peut pas dire, il ne faut surtout pas le taire, mais l'écrire."
Jacques Derida      (...........)



Y a-t-il quelque chose dont je souhaiterais parler ? ... Non...
C'est la réponse la plus facile à donner, parce que brève, et n'engageant aucune discussion...

Et puis même écrire... des fois les mots ne veulent pas se donner à lire... ils se retiennent, à peine si je les pense...
Ils se dissimulent autant qu'ils le peuvent ... même à moi...
Je les sens, je les ressens, mais sans pouvoir les rendre accessibles...

C'est exactement le mot, le malbonheur... Néologisme certes, mais parce qu'entre bonheur et malheur, il y a ce constat-là...
Ce n'est pas un vide qui remplit, mais un trop plein qui vide...
Trop plein de quoi ?... On se le demande toujours avant de plonger dedans... comme ces placards dont on aurait du mal à fermer les portes parce qu'il y a des trucs qui ne tiennent pas ou plus, et qui coincent dans les charnières...
J'ai les charnières qui coincent....


Parfois c'est exactement comme ça : rien dont j'aimerais parler, rien dont j'aimerais me souvenir, rien que j'aimerais vivre... Rien !

Juste rien... Un grand rien infini ... à en donner le vertige... à s'enivrer la conscience jusqu'à l'ivresse d'incompréhension...
Et puis ces mots qui s'emboitent, et qui s'emmêlent quand il s'agit de parler de moi...
Des mots qui ne se trouvent pas, pour dire que ... Pour dire ce que j'aimerais formuler...
Que je retiens, parce que les réponses en écho, je n'ai pas envie de les entendre...
Parler... c'est quand on a envie d'être écouté...

Parler, c'est nécessairement s'ouvrir au dialogue... sinon, c'est un monologue... sorte de nombrilisme qui s'auto-alimente...
Il vient de loin le silence... et personne ne pourrait dire où il va, ni même s'il a en vue une destination connue...
Sorte de voyageur intersidéral qui, à la manière d'une balle de flipper, rebondit sur les lignes du temps, et se cogne aux murs du présent, sans trouver de voie pour son salut...
Le silence... combien de mots ai-je déjà mis dessus, aujourd'hui, hier ou bien avant...
Le silence, si dépourvu de mots, en contient pourtant une infinité... mais la parole, bousculée par ses hésitations, ne sait lesquels choisir...


Il y a toutefois, peut-être pire que le silence... c'est de feindre la vie et la bonne humeur quand on sait bien qu'on les ment...

Et que tous les mots qui nous habitent ne peuvent pas être entendus...
Il y a quelque chose de pire que sa propre souffrance, c'est la souffance qu'on génère parfois en la partageant.
Chacun de nous a ses propres maux, et en connait l'impact et l'importance dans son propre fonctionnement.
Avec le temps, on apprend à composer avec, à jongler avec nos blessures, et à calmer leurs douleurs...


Avec le temps, on apprivoise ses peurs, ses douleurs et ses blessures... et l'on entretient avec elles, une relation privilégiée... qui en atténue l'importance...
Mais il est difficile d'ouvrir ce théâtre de nos émotions à quelqu'un d'autre, parce que c'est notre histoire qui nous a permis de développer ce lien privilégié avec elles, qu'on en connait à la fois la violence et l'insipidité...

Violence des émotions négatives qui malmènent notre bonne volonté à croire que le meilleur est toujours à venir...
Insipidité des douleurs qui ne servent à rien, et qui le valent bien quand enfin on les laisse de côté...
Il n'y a que deux façons de vivre : composer sans cesse un nouveau parchemin pour écrire son roman, ou bien relire l'ancien pour y trouver peut-être les clés de demain.
Certaines situations semblent tourner en boucle... et l'on comprend bien que c'est parce que nous ne les avons pas comprises qu'elles reviennent... La seule question valide est : mais que veulent-elles nous faire comprendre ces situations que l'on ne résoud jamais qu'à moitié, puisqu'elles se répètent...


Les mots préfèrent se taire qu'ajouter rancoeur et désenvie au moment qui passe...
Pire que le silence est le moment présent gâché par des questionnements douteux et hasardeux, qui n'ont plus cours...

Le silence vient du fond de l'âme, et épuise par son néant les forces de vie de l'instant, quand il se fait pesant et douloureux, et qu'il bloque en travers de la gorge toute nourriture qui calmerait cette appétit fulgurant qu'il a parfois, à saper l'envie de vivre...
Ce silence destructeur qui anéantit tout désir de partage, parce qu'il se sait irrecevable s'il venait à se dire...
Irrecevable parce qu'inquiétant, irrecevable parce qu'indomptable et sournois...
Je l'ai chassé bien des fois ce silence, qui éloigne toute possibilité de se rencontrer, de se comprendre...
Je l'ai chassé bien des fois, mais toujours il revient...

Préférant garder ces non-paroles qui m'habitent néanmoins en profondeur, et de manière bien vivante,
je sais que je me fais complice de son pouvoir... Complice... et donc bourreau de moi-même, puisque j'accepte son omnipotence...
Mes silences m'enferment, et sont ma porte de sortie quand le blues envahit tout...
Aucune raison valable, aucune explication rationnelle... juste l'impossibilité de dire...
Impossibilité ou interdit... J'interdis l'accès à certaines zones de sécurité que j'ai défini au cours du temps...
Sentinelle manipulée par mes ombres et mes fantômes, je suis ma propre geolière, et défend ma prison... comme s'il s'agissait de mon bien le plus précieux...


Mais comment pourrais-je te dire ces mots que je ne sais même pas mettre moi-même sur ces vides-là ?
Je ne veux pas partager cela, ou ne le peux pas... Je me coupe de ma vie par moment pour les ressentir dans leur intensité, puis les reléguer à leur juste place... loin, très loin... jusqu'à leur prochaine apparition... un jour... ou un autre... à un moment que je sentirai venir... ou par surprise...
Ils gâchent mon optimisme et font pâlir mes meilleures joies, ils sont là pour me rappeler à quel point, je ne désire parfois... que rien...
Ces mots-là font toujours peur, c'est aussi pour ça que je les retiens.
Ne rien désirer, ne rien vouloir, ne rien attendre... mais savoir quand même que la route est encore longue... qu'on ne sait pas pourquoi on la fait, mais qu'on ne peut pas sortir par la première bretelle qui se présentera, parce qu'on a une responsabilité de vie... parce qu'on sait très bien qu'on n'a pas fini...

Il y a souvent des clins d'oeil cocasses dans la vie... Je viens d'en lire un : "C'est une excellente journée pour vous lo, au cours de laquelle vous pourriez trouver la force mentale et la confiance qui vous manquaient pour remplir certains vides de votre vie. " Tacler " vos vieux démons à la régulière ! Vos craintes pourraient disparaître enfin et vous permettre de progresser. Vous pourriez prendre conscience qu'un instinct de guerrière vous permet de vous défendre admirablement. A l'attaque, belle amazone !"
C'est mon horoscope pour la journée qui vient de commencer depuis deux heures...

Belles promesses, dis donc ! ... La vie est décidément une farce, dont les rebondissements en font le succès...


... Que ma nuit chasse mes ombres, et pardonne mes erreurs de conjugaison...


Partager cet article

Repost 0
2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 02:20


Fuir la compagnie ennuyeuse
de personnes trop sérieuses,
Qui interpellent ma mélancolie et ma nonchalance
Dans leur vocabulaire déshumanisé plein de performances,
D'objectifs à atteindre et d'injonctions tumultueuses...


S'enfuir par des rimes voyageuses au-delà de leurs frontières
Et saisir au vol, un mot qui s'envole ... et me mène bien au-delà...
Au-delà de son sens, au-delà de la voix... Où l'on n'imaginerait pas...
Planer sur les contresens et les assonances délètères...


Garder le regard fixé à la conversation pour lire sur les lèvres, et
Cueillir par instants des bribes nouvelles pour alimenter l'histoire,
Pour continuer à visiter les contrées sauvages du langage qui s'égare,
Et qui livre à un autre regard le soin de juger...


Toute à ce jeu d'invention, je découvre le pouvoir du sourire,
Qui acquiesce ou qui hypnotise, qui peut encourager ou déranger...
Et qui sait comment tout ça, on peut aussi le transformer...
Comment on change la vie en bombe lacrymo ou en éclats de rire...


Finalement.... Ennuyez-moi je vous en conjure !... Cela me distrait et me fait rêver...
...

Partager cet article

Repost 0
1 février 2008 5 01 /02 /février /2008 00:55


" La seule chose que vous avez à offrir à un autre être humain, en tous temps, c'est votre propre façon d'être."
Ram Dass (... témoignage...)




Il arrive que le comportement des personnes soit régi par la représentation qu'elles ont du comportement adapté à une situation, plutôt qu'il soit régi par la spontanéité et la sincérité... sortes de représentations de comportements appris et admis comme étant convenables ou appropriés ou acceptables...
Et de fait, ce que l'on offre ainsi à l'autre n'est pas le reflet exact de ce que nous sommes, et du comportement que l'on aurait, si l'on n'était pas assujettis à ces références normalisantes... mais clone parmi les clones, nous jouons le rôle que nous croyons être le plus adapté à l'instant... et qui ne nous met pas en danger émotionnellement puisqu'il est rôle que l'on s'assigne, et non ressenti que l'on éprouve...

Il n'y a jamais UNE façon de se comporter... et tous les manuels de savoir-vivre, ou autre psycho guide pour vivre épanoui parmi ses congénères, ne pourront rien y faire !... Nous avons tous nos propres stratégies de communication, élaborées d'après nos observations et conclusions emmagasinées depuis notre naissance... et chacun possède donc un savoir unique, qui lui est propre, et qu'il ne pourra jamais partager en totalité avec quelqu'un...
C'est cette unicité de réponse qui fait de nous une personne... différente des autres personnes...

Cette différenciation, perceptible dans la façon d'être naturellement, de chacun... est source d'enrichissement dans l'échange, si on veut bien laisser libre cette voie-là, d'exprimer par ses mots et gestes, son humanité... et permettre ainsi la rencontre de deux personnes, plutôt que d'avoir des échanges sociaux amicaux et convenables...
La sincérité, l'authenticité, loin d'être naturelles, traduisent une implication de soi dans la relation, une volonté délibérée d'établir une relation personnelle et de confiance au-delà des différences et des à-priori de chacun...
La réponse-type elle, est non implicante, puisqu'elle correspond à une norme socialement correcte, derrière laquelle on peut se réfugier...

Implication de soi, et donc... fragilisation, risque pris sur une situation, d'où un danger plus grand qu'à utiliser les prêt-à-se-comporter déjà éprouvé et rôdé...
Lâcher prise ou contrôler... Ressentir ou raisonner... Quitte ou double ? ...
La règle reste la même partout : plus on mise gros, plus on risque de gagner gros... Plus on s'investit dans le don, plus on reçoit...
Et pour ce qui est de gagner ou de perdre... Les règles du jeu disent bien que le hasard se glisse ça et là et qu'il faut accepter sa loi...

"Ce que les autres vous reprochent... Cultivez-le ! ... C'est vous !" disait je ne sais plus qui... Résister et rester soi...
parce que finalement, oui, c'est ce que l'on a de mieux à offrir aux autres...
...



Partager cet article

Repost 0
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 23:50

Cliquez pour dérouler les articles…

 

149 -- Le plus étonnant mystère de l'aventure humaine?...

" A chaque rencontre, une nouvelle histoire s'écrit. C'est là que réside le plus étonnant mystère de l'aventure humaine."
Edouard Zarifian


150 -- A la recherche de l'éternité...

" L'éternité ? C'est l'instant présent... Le passé et le futur ne sont que des vues de l'esprit."
Auteur Inconnu


151 -- Les bonnes décisions de 2008...

" N'attends pas que les évènements arrivent comme tu le souhaites. Décide de vouloir ce qui arrive... et tu seras heureux."
Epictète


152 -- The sound of silence...

" Quand deux personnes se taisent, ce silence est parfois bien plus éloquent que si elles parlaient."
Orhan Pamuk


153 -- La sensualité créatrice...

" La sensualité est la condition mystérieuse, mais nécessaire et créatrice, du développement intellectuel."
Pierre Louÿs


154 -- A perpet'...

" Nous n'aurons jamais de repos, le présent est perpétuel."
George Braque


155 -- Pourquoi ?...

" Pourquoi vivons-nous, si ce n'est pour nous rendre les uns aux autres, la vie moins difficile ?"
George Eliot


156 -- ... Une ile...

" Tout être est une île au sens le plus réel du mot, et il ne peut construire un pont pour communiquer avec d'autres îles,
que s'il est prêt à être lui-même, et s'il lui est permis de l'être.
"
Carl Rogers


157 -- Le coeur n'a pas de rides...

" Le coeur n'a pas de rides."
Mme de Sévigné


158 -- La sagesse des fous?..

" La sagesse est d'être fou quand les circonstances en valent la peine."
Jean Cocteau


159 -- Mes e-mails à traiter...

En vers mais pas contre tout...


160 -- Avis... pour un lectorat averti...


161 -- Poussée de mots...

En vers mais pas contre tout...


162 -- Les pissenlits...

Texte de Anthony de Mello


163 -- "Comme un fou va jeter à la mer..."...

" Les bouteilles à la mer ne ramènent pas souvent les réponses."
Antoine Blondin


164 -- Changer pour quoi ?...

" Une part importante de la sagesse et de la connaissance consiste à ne plus vouloir transformer les gens en ce qu'ils ne sont pas,
mais à accepter ce qu'ils sont, à comprendre leur expérience de vie.
"
Fun Chang


165 -- La maison froide...

En vers mais pas contre tout...


166 -- Ouvrir la porte ?...

" Le repliement sur soi n'apporte aucune lumière aux autres."
Nelson Mandela


167 -- De la persévérance...

" Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage !"
Henri Michaux


168 -- Par le petit bout de la lorgnette...

" Nous ne voyons qu'un petit bout de notre réalité. Qui sait à quoi peuvent être utiles les expériences que nous vivons."
Lao Tseu


169 -- La loi humaine...

" Il existe une loi de la vie humaine presque aussi certaine que la loi de la gravité.
Pour vivre pleinement, nous devons apprendre à utiliser les choses et à aimer les gens, plutôt que d'aimer les choses et utiliser les gens.
"
John Powell


170 -- L'action qui dérange...

" Tout homme qui dirige, qui fait quelque chose, a contre lui, ceux qui voudraient faire la même chose,
ceux qui font précisément le contraire et surtout, la grande armée des gens, d'autant plus sévères, qu'ils ne font rien du tout.
"
Jules Claretie


171 -- Entendre aussi...

" Ne doutez jamais de la puissance d'un petit groupe engagé pour changer le monde. A vrai dire, c'est même la seule chose qui l'ait jamais fait changer."
Margaret Mead


172 -- Des mots... pour ne rien dire...

En vers mais pas contre tout...


173 -- Echelle de vie...

" A l'instant où tu es venu au monde, une échelle est devant toi.
Cette ascension n'est pas celle d'un homme vers la lune, mais celle de la canne à sucre jusqu'au sucre.
"
Rûmi


174 -- L'amour selon Liliana...

Extrait de " Liliana "
de Laurence Witko


175 -- Les alchimies inexplicables...

" L'amour commence par l'amour ; et l'on ne saurait passer de la plus forte amitié qu'à un amour faible."
Jean de La Bruyère


176 -- Quand la vie nous échappe..

" Quand la vie réelle nous échappe, on vit des mirages. C'est tout de même mieux que rien..."
Anton Tchekhov


177 -- La liberté en question...

" La liberté, c'est la faculté de choisir ses contraintes."
Jean-Louis Barrault


178 -- La vie est une pochette surprise...

" La vie, c'est comme une boite de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber."
Forrest Gump


179 -- ... Quelque chose à dire...

Moïse a dit : " Tout est loi..."


180 -- Les dessous du rire...

" L'humour est un déguisement sous lequel l'émotion peut affronter le monde extérieur."
Tony Mayer


181 -- Le Cyclope éveillé...

" Beaucoup d'hommes sont aveugles, et ils ne s'en aperçoivent que lorsqu'une bonne vérité leur crève les yeux."
Jean Cocteau


182 -- Signalétique émotionnelle...

" L'amour transforme les impasses en autoroutes."
Louis Gittner

 

183 -- Des réponses...

" Cherchez toujours la réponse en vous. Ne soyez pas influencés par ceux qui vous entourent, ni par leurs pensées, ni par leurs paroles."
Eileen Caddy


184 -- Garder l'équilibre...

" A chaque sommet, on est toujours au bord d'un précipice."
Stanislaw Jerzy Lec


185 -- Une vie régulière ?!?...

" Les gens sans imagination ont besoin que les autres mènent une vie régulière."
Boris Vian

 

186 -- Irrésistible...

" Personne n'est jeune après quarante ans, mais on peut être irrésistible à tout âge."
Coco Chanel
 


 

 

SOMMAIRE GENERAL
RETOUR ACCUEIL 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lo - dans SOMMAIRE
commenter cet article
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 02:07


" Personne n'est jeune après quarante ans, mais on peut être irrésistible à tout âge."

Coco Chanel (... ***...)




Le charme n'est pas l'apanage de la beauté de la jeunesse...
Le charme, c'est bien plus que la beauté et la jeunesse réunies
...
C'est souvent indéfinissable, c'est ce qui rend les gens uniques aussi... Ce "quelque chose", cette "présence" ou peu importe quoi qui nous rend singulier.

Etre charmé... c'est être sous l'emprise d'un charme, un peu comme victime d'un sort, de quelque chose qui en tous cas nous dépasse, et nous fait débrancher nos jugements gouvernés par la raison, pour se laisser aller à une perception plus basique et sensitive...
Passer du "réfléchi" au "ressenti"... Sorte de lâcher prise du mental ...

Naturellement que l'on peut être irrésistible à tout âge... ...

Partager cet article

Repost 0
30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 23:48


" Les gens sans imagination ont besoin que les autres mènent une vie régulière."

Boris Vian (... là !...)



Le conformisme y prend ses racines : source de repères tangibles...

L'individu sans imagination ne pouvant pas faire un effort chaque jour pour vivre sa vie comme elle vient, y apportant les réponses spontanées qui surgissent, s'astreint à une discipline quotidienne, établie et longuement rôdée, approuvée par ses semblables et admise comme "norme de vie"...

Cette appartenance à un groupe social dont il partage les "normes" et coutumes de vie renforce le point de vue selon lequel, il vit de la seule façon qui soit possible, puisque tout le monde agit ainsi... Vient à passer une âme trouble qui demande à explorer d'autres voies de salut, et la crise éclate...


Comment réagir devant la dimension d'inconnu, que présente le fait de s'écarter de la norme stricte établie au fil du temps par un groupe, que l'individu reconnaît comme porteur de son identité ? ... Des "déviances" comportementales mettent à mal son petit équilibre, protégé dans sa mini bulle d'idées convenues...

L'imagination permet de dépasser le possible imaginable pour projeter ainsi dans une réalité en peut-être devenir, d'autres façons d'utiliser sa vie, ses actes et ses buts... L'imagination fait voyager au-delà des frontières du raisonnement admis, pour donner une chance à la créativité de déployer ses couleurs nouvelles sur des modèles un peu usés par les années..

L'imagination est un bien précieux qu'il faut développer... Elle seule sauvera le monde...
N'oublions pas qu'elle est supérieure à la volonté... et qu'elle ne connaît pas de limites...


Eh bien... Il est l'heure d'aller imaginer d'ailleurs... Que votre rêverie soit porteuse ! ... ...

Partager cet article

Repost 0
30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 23:03

" A chaque sommet, on est toujours au bord d'un précipice."
Stanislaw Jerzy Lec (... anecdotes...)



N'avez-vous jamais ressenti cette sensation d'être comme "en équilibre" dans sa vie?...ces moments où l'on se trouve à des carrefours plus importants, et dont on ne comprend pas toujours très bien les panneaux de signalisation...

Partager cet article

Repost 0
29 janvier 2008 2 29 /01 /janvier /2008 10:09


" Cherchez toujours la réponse en vous. Ne soyez pas influencés par ceux qui vous entourent, ni par leurs pensées, ni par leurs paroles."

"Ne soyez pas influencés par ceux...", cela ne veut pas dire que l'on ne doit écouter personne... Bien au contraire, il est juste de savoir recueillir des points de vue différents parfois quand une interrogation nous laisse songeur... mais la réponse ... ça ne peut pas être du prêt-à-penser ou du prêt-à-agir... Pour la réponse, rien ne vaut le sur mesure !... La réponse en nous que personne d'autre ne peut trouver...

Un proverbe amérindien dit quelque chose du genre : ne juge pas ton frère avant d'avoir marché dix lunes dans ses mocassins... On ne peut jamais savoir en toute transparence et vérité ce qui motive les choix et décisions de chacun, parce que l'on ne peut pas évaluer tous les éléments qui y entrent en compte... Nous réagissons aux évènements et aux personnes en fonction de toute notre histoire... et cette histoire est, de plus, une évolution perpétuelle, qui nous façonne et nous remodèle selon les humeurs de nos épreuves de vies....

Ainsi la seule personne qui puisse nous guider véritablement et avec le plus de lucidité... et bien c'est notre petite voix intérieure de la consciencequi même si on ne l'entend pas, gouverne nos pensées et règne sur nos mécanismes de réactions et de défense, que le temps a légitimé comme modes de fonctionnement normal... mais qui nous sont personnels.

Il existe des catégories de personnes qui, lorsqu'elles disent ce qu'elles pensent, semblent asséner une vérité universelle, alors même qu'elles ne font qu'exprimer leur opinion personnelle. Que ces personnes confessent des pensées négatives, dressées au rang d'opinion reconnue et approuvée, et ces pensées négatives parasites vont venir nous pourrir l'atmosphère de leurs relents nauséabonds ... Ne pas se laisser influencer !... Retenir le fonctionnement de ses neurones quelques minutes si besoin est, le temps que tout danger de contamination soit écarté !... (S'entraîner comme pour faire passer un hoquet !)...

Nous avons tous en nous, la possibilité de trouver réponses à nos questions existentielles ou émotionnelles. Nous pouvons être guidés vers nos réponses, mais personne ne peut les fournir, ces réponses !... Elles viennent de l'intérieur... Il faut savoir faire confiance à nos propres capacités de jugement aussi...

Rester sourd aux paroles de découragement est un saine hygiène de pensée, si l'on se sent dans la bonne direction...
Il ne s'agit pas de se comporter comme des entêtés bornés qui foncent droit dans un mur !... Non, mais que lorsque l'on a correctement évalué la situation, et que l'on a trouvé la réponse qui nous semble être, laplus adaptée... .. que l'on en est intimement persuadés, même si des obstacles se dressent sur notre chemin... et bien, qu'à ce moment là, on ne se laisse pas décourager par des paroles de mauvaise augure... et que l'on continue de s'accrocher à son objectif... pour ne jamais le perdre de vue.

Echangez !... Débattez !... La richesse est dans l'échange...
Mais pour la décision finale... Ne comptez que sur vous-mêmes ! ...... et encore...
...



Partager cet article

Repost 0

REPERES...

  bullet jaune   Sommaire général  

  bullet jaune   Page d'accueil

Liens...