Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil...

  • Lo
  • laurencewitko5@gmail.com
  • laurencewitko5@gmail.com

CONTACT...

Rechercher...

OU BIEN LAISSER UN MESSAGE...

Archives...

4 mars 2008 2 04 /03 /mars /2008 00:37

" Chacun de nous est un ange avec une seule aile. Et nous ne pouvons voler qu'en nous serrant dans les bras l'un de l'autre."

Luciano de Crescenzo (... coup de projecteur...)

J'ai trouvé cette image très jolie...


L'idée n'est pas nouvelle, il y avait déjà les moitiés d'orange, le yin et le yang...
toujours cette trame de complémentarité en toile de fond
...

 

 

 

... ...

 

Partager cet article

Repost 0
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 00:33

" Lorsqu'il n'y a plus rien à faire, que faites-vous ? "

Koan Zen



Lorsqu'il n'y a plus rien à faire... parce que tout ce qui devait être accompli l'a été... alors... je m'asseois et je me réjouis de ces tâches menées à leur achèvement, et je savoure le plaisir de n'avoir plus rien d'immédiat à faire, car cet état est transitoire et ne saurait durer...

Lorsqu'il n'y a plus rien à faire... parce que tout ce qui pouvait être fait l'a déjà été, et que l'on se retrouve face à une impasse... alors... je m'asseois aussi... pas dans le même esprit certes, mais je m'arrête quand même sur cet instant qui ne sait plus où aller, ni vers où se diriger... et je tente de l'investir tout de même...

Lorsqu'il n'y a plus rien à faire... c'est seulement la vision que nous avons des choses à cet instant précis où l'on s'arrête dessus pour y réfléchir un peu...
Il n'y a jamais "plus rien à faire", la vie ne connait pas cette forme d'achèvement là...
Il y a toujours un pas de plus à faire pour continuer à marcher, même si c'est comme les crabes... de travers...

Que faites-vous ?...
... Comme si l'on savait toujours par avance de quelle façon on peut réagir aux turbulences de l'existence qui nous malmènent ou nous étonnent...
... Comme si l'on savait toujours ce que l'on doit faire, penser ou dire...
... Comme si l'on ne pouvait pas, de temps en temps, rester là de façon méditative, et laisser l'agitation de la vie, bouillonner sans nous...
... Comme si on ne pouvait pas, de temps en temps, débancher toutes les batteries, et vider nos surplus de pensées en partance...


Lorsqu'il n'y a plus rien à faire...
... Alors on peut rêver... de ce que l'on pourrait faire encore...
... On peut s'inventer de nouvelles tâches, de nouveaux buts, de nouveaux projets...


Lorsqu'il n'y a plus rien à faire... peut-être qu'on meurt d'ennui...
...

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 00:23

 

" Le temps, c'est la toile dont je suis à la fois l'araignée et la mouche."

Jacques Lesourne



Je trouve cette définition du temps assez représentative...

Nous organisons notre temps à la façon dont l'araignée tisse sa toile, maille après maille, malgré toutefois quelques incertitudes et "mailles qui filent"... Mais nous sommes aussi mouches piégées dans des instants que nous ne sentons pas toujours nous appartenir...

Le temps nous fige dans le moment présent et tout à la fois, nous projette hors des frontières temporelles réelles. Le temps à la fois mesurable... et insaisissable...
Nous avons la possibilité de mesurer le temps qui s'écoule de manière rationnelle, via le comptage des secondes, minutes et heures... toutefois, le temps semble avoir une dimension autre, quand son écoulement ne parait pas être en adéquation avec ce système de mesure : quand il s'allonge et s'étire démesurément et que chaque seconde dure une infinité de temps, ou bien quand il s'accélère telle la course d'un projectile lancé au vent et que nous avons peine à le suivre...

Le temps n'est pas matière... est-il anti-matière ?...
Le temps est-il définissable avec justesse et exactitude ? ... Qu'est-ce que le temps ? ...
Peut-on gagner du temps ?... Comme à fort Boyard ?...
Peut-on échanger du temps ?... Etre dédommagé du temps perdu ou mal utilisé ?...
Que faire pour arrêter le temps qui passe le temps de souffler un peu ?...
Comment gérer ce facteur mutant, variable selon les lieux, les moments et les personnes ?...

Nous livrons bataille inexorablement contre et avec le temps, depuis le jour où nous pointons notre nez sur cette terre... et nous ne savons pas pourtant, de quelle quantité de temps nous disposons avant l'arrêt du chrono ... La seule certitude que nous pouvons avoir, c'est qu'un jour le chrono s'arrête, et les circonstances de cet arrêt ne nous sont pas précisées...
Entre ces deux moments, nous vivons...

Nous tissons notre vie selon un plan qui s'établit en fonction du temps dont on dispose, et suivant les projets que l'on s'impose... Araignées besogneuses, nous l'utilisons quotidiennement pour y retenir et prendre dans nos mailles, le meilleur de la vie que l'on se souhaite... quelques mouches ou autres bonnes surprises qui viendront s'y engluer, pour nous réchauffer le coeur et les entrailles...
Mouches nous-même, quand nous nous sentons proie d'un temps qui nous échappe et qui nous cloue sur place à la moindre erreur de parcours... Parfois se secouer un peu permet de se libérer de cette emprise... Et puis parfois, on reste scotchés à ces mailles collantes qui nous retiennent...


Le temps qui passe... simple constat ... araignée et mouche à la fois... et pourquoi pas ?...... 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 00:07

  " L'invitation "
Oriah Mountain Dreamer


"Je ne veux pas savoir ce que vous faites dans la vie. Je veux seulement connaitre vos désirs, savoir si vous avez assez d'audace pour imaginer la réalisation de vos rêves les plus chers.

Je ne veux pas savoir quel âge vous avez. Je veux savoir si vous oserez vous rendre ridicule au nom de l'amour, du rêve ou de l'aventure de la vie.

Je ne veux pas savoir quelles planètes vous influencent. Je veux savoir si vous avez touché le centre de votre propre douleur, si les trahisons de la vie vous ont permis de vous ouvrir, ou si la peur de souffrir encore vous a fait vous refermer sur vous-même.

Je veux savoir si vous pouvez regarder la souffrance en face, la mienne ou la vôtre, sans essayer de la cacher, de l'atténuer ou de la nier.

Je veux savoir si vous pouvez laisser la joie vous habiter, la mienne ou la vôtre, si vous pouvez danser de bonheur et vous laisser remplir d'extase jusqu'au bout des doigts et des orteils, sans faire appel à la prudence, au réalisme, sans appeler les limites de la condition humaine.

Je ne veux pas savoir si l'histoire que vous me racontez est vraie. Je veux savoir si vous seriez capable de décevoir une peronne pour rester fidèle à vous-même ; si vous pouvez faire face à des accusations de trahison sans vous trahir vous-même.

Je veux savoir
si vous pouvez être infidèle et ainsi digne de confiance.


Je veux savoir si vous êtes capables de saisir la beauté du quotidien, même quand tout n'est pas joli, et si vous pouvez nourrir votre vie de sa présence.

Je veux savoir si vous pouvez vivre malgré l'échec, le mien ou le vôtre, et tout d emême vous tenir sur le rivage du lac et crier aux reflets argentés de la pleine lune : "Oui!"

Je ne veux pas savoir
où vous vivez, ni combien d'argent vous avez. Je veux savoir si vous pouvez vous lever, après la nuit de la souffrance et du ddésespoir, malgré votre fatigue et votre douleur profonde, et faire ce qu'il faut pour nourrir les enfants.


Je ne veux pas savoir qui vous connaissez, ni comment vous avez fait pour arriver ici
. Je veux savoir si vous resterez au centre du feu avec moi, sans reculer.


Je ne veux pas savoir ce que vous avez étudié, ni où, ni avec qui.
Je veux savoir ce qui vous nourrit de l'intérieur, quand tout le reste s'évanouit.


Je veux savoir si vous pouvez être seul avec vous-même et si vous aimez vraiment la personne quui vous tient compagnie dans vos moments de solitude."


Y a quand même des gans vachement curieux, vous trouvez pas ?... ...


Partager cet article

Repost 0
29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 23:58

Cliquez pour dérouler les articles…

 

187 -- Idée de cadeau à offrir...

" La seule chose que vous avez à offrir à un autre être humain, en tous temps, c'est votre propre façon d'être."
Ram Dass

 

188 -- Délit de fuite...

En vers mais pas contre tout

 

189 -- Ecrire le silence...

" Ce qu'on ne peut pas dire, il ne faut surtout pas le taire, mais l'écrire."
Jacques Derida

 

190 -- Est-ce que l'amour ça se prête ?...

" Est-ce que l'amour, ça se prête ?"
Patrick Bruel


191 -- La responsabilité d'être...

" On ne fait pas ce qu'on veut et cependant on est responsable de ce qu'on est."
Jean-Paul Sartre

 

192 -- Du côté des petites filles...

" On ne voit pas pour quel motif une personne saine d'esprit devrait spontanément choisir de se sacrifier au lieu de jouir le plus possible de la vie,
et cela non seulement à des moments privilégiés de son existence, mais quotidiennement, plusieurs heures par jour, pendant de longues années, sans répit.
"
Elena Gianini Belotti


193 -- Etat des lieux...

" On peut toujours faire quelque chose de ce qu'on a fait de vous."
Jean-Paul Sartre

 

194 -- Stages de développement personnel... à l'usage des hommes...

Humour


195 -- Vivre sa vie...

" Prenez votre vie en charge, sinon quelqu'un d'autre le fera."
Herman Millmann

 

196 -- La même chose... mais en différent...

" Avoir toujours été celle que je suis, et être si différente de celle que j'étais !"
Samuel Beckett

 

197 -- Intermède...

Extrait de "Le Manuel du guerrier de la Lumière"
de Paulo Coelho

 

198 -- Devenir adulte...

" Devenir adulte, c'est reconnaître sans trop souffrir que le Père Noël n'existe pas. C'est apprendre à vivre dans le doute et l'incertitude."
Hubert Reeves


199 -- Ecrire...

" Il faut écrire pour soi, c'est ainsi qu'on arrive aux autres."
Eugène Ionesco

 

200 -- L'amour et sa légitimité...

" N'est-elle pas plus morale l'union libre de deux amants qui s'aiment, que l'union légitime de deux êtres sans amour ?"
Georges Feydeau


201 -- Hector... le retour...

" Hector était content, parce que finalement, les histoires d'amour, c'est très fatiguant, alors, quand vous avez trouvé quelqu'un que vous aimez et qui vous aime,

vous espérez bien que c'est votre dernière histoire."

Francis Lelord

 

202 -- Pourquoi ?... Pourquoi pas ?...

" Il y a ceux qui voient la réalité et qui disent : Pourquoi ? Et il y a ceux qui rêvent de l'impossible et qui disent : Pourquoi pas ?"
George Bernard Shaw


203 --
Passages nuageux...

" La vie telle une journée a sans cesse ses périodes de nuages et de soleil..."

Auteur Inconnu


204 --
Le jugement dernier...

" Dieu lui-même ne se propose pas de juger un homme avant la fin de ses jours."

Auteur Inconnu


205 --
Naître...

" Dans "connaître", il y a naître..."
Victor Hugo

 

206 -- Nourrir tout son être...

" Fais du bien à ton corps pour que ton âme ait envie d'y rester."
proverbe indien

 

 

SOMMAIRE GENERAL
RETOUR ACCUEIL

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Lo - dans SOMMAIRE
commenter cet article
29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 23:53

" Fais du bien à ton corps pour que ton âme ait envie d'y rester."

proverbe indien


L'époque est au culte de l'image, relooking, remodeling, jogging... La beauté du corps est mise en exergue, musculature, teint, proportions... Mais faire du bien à son corps ne correspond pas toujours à ces standards de mode et de beauté qui inondent les couvertures des magazines... L'esthétique du corps devient dictature quand elle outrepasse nos possibilités à coller à ces images...

Faire du bien à son corps, c'est autre chose... C'est savoir prendre le temps d'écouter ce qu'il nous dit de ses besoins et de ses maux, décoder les signes du bien-être ou du mal-être que l'on peut percevoir physiquement si l'on y prête un peu attention...
Prendre en compte l'état de son corps, savoir lui octroyer le repos nécessaire à son bon fonctionnement ; si la tête peut marcher à plein régime sans trop de fatigue, le corps physique a besoin de sas de décompression plus explicites...

Faire du bien à son corps, savoir se relaxer, apprécier des plaisirs simples en terme de nourriture, adopter une hygiène de vie où il a sa place, non démesurée mais réelle tout de même...
Tous ces plaisirs physiques ou sentitifs que l'on peut expérimenter font aussi du bien à l'âme qui habite ce corps par ricochet...


Il n'y a pas de séparation corps/esprit, nous sommes un tout indivisible... ...

Partager cet article

Repost 0
28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 22:41

" Dans "connaître", il y a naître...."

Victor Hugo



Oui... la connaissance fait naître... Qu'il s'agisse de savoirs intellectuels, pratiques, émotionnels ou manuels, l'acquisition de connaissances nous fait naître à d'autres univers, lorsqu'elle est assez poussée...

Les connaissances intellectuelles nous font naître à d'autres visions du monde. Elles nous font naître parce qu'elles ouvrent à notre intérêt d'autres chemins à explorer. Peu importe leurs reliefs et leurs relevés topographiques, ces savoirs là nous font voyager dans l'abstrait et déverouillent nos pensées, en leur permettant de s'envoler dans des réflexions inédites et imprévisibles...

Les connaissances pratiques nous rendent la vie plus facile
, et nous font découvrir mille façons de se simplifier la vie, que ce soit pour des tâches concrètes ou plus sensitives. Les connaissances pratiques découlent généralement de l'expérience que l'on a ou que l'on fait des choses, des savoirs que d'autres nous ont laissé en héritage ou du hasard des choses...


Les connaissances émotionnelles nous font naître à nous-mêmes sous un autre jour, qui parfois nous surprend... Nous évoluons au milieu de nombreuses connaissances émotionnelles, tels des bateaux sur l'eau, secoués de temps à autre par les caprices des flots... Ces savoirs là sont d'intensités diverses, cela dépend du niveau de rencontre que l'on a avec les autres... Ces connaissances-là nous façonnent le coeur et le corps...

Les connaissances manuelles nous aident à nous construire des vies taillées à nos mesures...
Les connaissances manuelles mettent en oeuvre une bonne coordination cerveau/corps, et permettent de solliciter des aires cérébrales différentes. Elles sont l'expression que notre corps fait partie intégrante de notre personne... Sans corps, sans membres, sans articulations, avec juste un cerveau et un esprit... on ne peut pas tout faire...


Toutes ces connaissances, et d'autres encore, nous font naître à l'expérience des choses... et laissent en nous des empreintes, plus ou moins grandes, plus ou moins marquées, plus ou moins fondées...
Et ces empreintes nous poussent à l'avant, pour continuer à découvrir, à apprendre, à suivre ce chemin, dont on ne sait pas toujours bien où il nous mènera...

Et puis, connaître c'est aussi avoir une vision plus large du monde, qui nous permet de mieux nous connaître en confrontant notre singularité, notre unicité à la nouveauté permanente, nous remettant ainsi sans arrêt dans le mouvement perpétuel de la vie...

La connaissance sert aussi à se connaître davantage, à évaluer et juger les choses de la vie avec des acuités de regards différentes, des angles plus ou moins ouverts ou fermés et des couleurs variant au fil de la mode et des saisons...
C'est un peu comme accoucher d'un nouveau soi-même, à chaque découverte, à chaque remise en cause, à chaque bonheur qu'on y cueille.
..


Connaître... Co-naître... Naître... Re-naître... Etre... tout simplement... non ?
...


Partager cet article

Repost 0
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 23:49

" Dieu lui-même ne se propose pas de juger un homme avant la fin de ses jours."

Auteur Inconnu



Le jugement dernier !... Celui que l'on attend ... celui que l'on redoute... celui que l'on espère...
La conlusion sans appel qui tout d'un coup se dresse devant nous, telle une remise de médailles lors de classement... Qui aura le prix d'honneur ? ...
Quels seront les critères de jugement ?... Les termes de la tenue de la comptabilité au regard des années passées ?.... Comment est prise la décision finale qui décidera de notre vie pour le reste de l'éternité... et peut-être même plus encore...

Tant qu'on est là, en vie... on est tranquilles !... Pas question de jugement dernier... Non ! ... Ici, on n'a pas besoin de ça... Ici, c'est le Jugement Premier... dès le premier regard... dès les premières impressions... dès les premiers mots...
L'avantage, c'est que ça prend moins de temps à évaluer qu'une vie entière...

Nous vivons dans une société où le "regard de l'autre" est de plus en plus présent...
pas forcément au bon sens du terme... Nous vivons de plus en plus dans un monde d'images virtuelles, de télésurveillances, d'images auxquelles nous nous identifions... auxquelles il est de bon ton de ressembler... ou pas... en tous cas sous la pression de normes, d'exemples et de modèles, qui servant de références, entrainent donc des jugements de valeur quant à leur bien fondé... et nous exposent de fait, au jugement des autres ...


Il est malaisé parfois de faire la différence, entre "émettre une opinion" et "juger"...


Pour juger, me semble-t-il, il faut qu'un dossier soit bien documenté, que l'on étudie les faits en détails, que l'on reconstitue au besoin l'histoire pour mieux l'apprécier... que l'on délibère... et puis que l'on s'accorde sur une décision... Et puis aussi, pour juger, il faut comprendre... On ne peut pas juger quelque chose que l'on ne comprend pas... puisque l'on ne possède pas les éléments suffisants pour analyser...
A ce moment, on ne peut qu'émettre une opinion, que l'on se fait, d'après les éléments que l'on a... ou que l'on s'invente... ou que l'on emprunte... ou parce qu'elle nous passait par la tête à cet instant T où la question de juger s'est posée...

Et puis juger... n'est pas forcément condamner... la récompense est aussi une facette du jugement... Ainsi la louange et le blâme participeraient-ils à une même réalité : un jugement qui s'établit selon des critères que chacun étalonne selon ses représentations des choses, des personnes, et du monde qui nous entoure en général...

Gymnastique basique :
A pratiquer sans modération, se poser cette question simple, quand nous émettons un jugement : avons-nous suffisamment d'éléments en main pour dire que l'on comprend ce que l'on juge....

On va se faire les muscles du cerveau béton si on se la pose à chaque fois, non ?...
...


Partager cet article

Repost 0
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 23:14

" La vie telle une journée a sans cesse ses périodes de nuages et de soleil..."

Inconnu...



La vie a la météo capricieuse, et ses changements de vent parfois brusques nous surprennent...
Essuyer un orage quasi tropical, brutal et soudain, déstabilise nos certitudes acquises sur l'immortalité du soleil qui nous brûlait quelques instants plus tôt...

Pourtant comme le jour et la nuit se succèdent et se complètent, pour nous assurer le repos nécessaire pour recharger nos batteries, le soleil et la pluie doivent conjuguer leurs différences pour entretenir la vie... et la cultiver...

Que l'un ou l'autre vienne à manquer, et un déséquilibre inévitable se produit...

Aussi, les périodes de pluie que la vie nous fait cycliquement traverser, nous font-elles souvent prendre conscience, de la vraie valeur du soleil...
Les périodes de pluie nous lavent l'âme, et nettoient nos visions sclérosées d'un état de bien-être, que l'on pourrait être tentés de trouver normal dans sa constance, sans se poser d'autres questions, que celle de l'indice de protection que l'on doit utiliser pour éviter le brûlures, en cas d'exposition outrancière...

Le soleil après la pluie s'apprécie beaucoup plus que le soleil qui succède au soleil...


Prenant conscience du fait que le soleil, comme tout, n'est pas un élément figé, statique, acquis une bonne fois pour toutes, nous comprenons alors mieux qu'il faut en apprécier chaque rayon qui se pose sur nous...

Et le soleil qui apparait au beau milieu d'une ondée, nous révèle parfois de bien agréables surprises, quand s'arqueboute au-dessus de notre vie un bel arc-en-ciel...

Ses couleurs diaphanes irisent alors notre vie de reflets féériques, et comme l'on sait que sa durée est limitée dans le temps, on s'efforce de le cueillir dans l'instant et d'en apprécier la beauté fugace comme un cadeau que l'on n'attendait pas...

Qu'il neige, qu'il vente ou que le soleil nous tiédisse la vie... de toute façon... on ne peut pas choisir... Le tout est de savoir adapter sa tenue et chercher ce que chaque élément nous apporte, en terme de bien-être, de beauté ou de renforcement de la personne que l'on est...
Pas toujours facile de troquer son bikini contre un imperméable avec le même sourire...

Mais s'adapter aux circonstances qu'on ne peut pas changer, est un précepte bien utile pour traverser les orages de la vie...


Si encore on pouvait être informés des prévisions météo de sa vie... ça nous permettrait d'anticiper... ...


Partager cet article

Repost 0
20 février 2008 3 20 /02 /février /2008 01:32

" Il y a ceux qui voient la réalité et qui disent : Pourquoi ?
Et il y a ceux qui rêvent de l'impossible et qui disent : Pourquoi pas ?"
George Bernard Shaw
    

Nous entretenons tous des pensées réalistes... et des pensées irréalistes... qui façonnent notre monde... Toutes ces pensées influencent notre façon d'être et d'agir, entraînant leur cortège d'émotions et de sentiments, positifs et négatifs...

On peut, tout à la fois, accepter la réalité ET rêver de l'impossible, l'un et l'autre ne s'excluent pas... bien au contraire... Ce rêve d'impossible se démarque en filigrane de notre réalité comme un autre possible, même si on ignore comment lui faire prendre corps... et montre une direction, qui bien qu'apparaissant comme inatteignable, nous insuffle la direction idéale que nous aimerions voir nos vies prendre...
Et les cartes se rebattent alors selon d'autres dimensions...
Et pourquoi pas ?...

Pourquoi ?...Pourquoi pas ...

Il est quelquefois plus facile de répondre aux "pourquoi ?", qu'aux "pourquoi pas ?"...
Les "Pourquoi ?" s'appuient sur des faits réels et tangibles, explicables et pouvant être reconnus par tous...
Les "Pourquoi pas ?" au contraire, ne demandent aucune justification, aucune réponse... Ils font taire les interrogations anxieuses par leur côté irrationnel, et s'élèvent au-delà de tout raisonnement cartésien...


Et puis... accepter la réalité, c'est l'accepter sans essayer de la justifier...
Accepter n'est pas un acte passif, mais bien l'action de lâcher prise sur nos interrogations, pour ne se préoccuper que de ce qui est... ici ... et maintenant...

Après tout, pourquoi pas ?....

Partager cet article

Repost 0

REPERES...

  bullet jaune   Sommaire général  

  bullet jaune   Page d'accueil

Liens...