Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil...

  • Lo
  • laurencewitko5@gmail.com
  • laurencewitko5@gmail.com

CONTACT...

Rechercher...

OU BIEN LAISSER UN MESSAGE...

Archives...

11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 17:30

 

" Personne ne peut revenir en arrière et recommencer un nouveau début, cependant chacun peut commencer, aujourd'hui même, pour créer une nouvelle heureuse fin."

Maria Robinson



On ne revient jamais en arrière... même si on recule, ce n'est jamais du même début qu'on repart... Les points de départ se succèdent, mais ne se ressemblent pas... On ne peut jamais recommencer le même nouveau début, parce qu'on apprend chaque fois, et que ces enseignements nous changent, changent nos visions, nos envies, nos buts ou nos motivations... et que même les débuts ne nous correspondraient plus... On avance, quoi que l'on puisse en penser, même quand on se sent reculer ou freiner... on avance quand même...
Vers quoi ? .. Vers où ?...
On avance vers soi, au plus près de soi... ou parfois on s'en éloigne, suivant si l'on vit en accord avec ce que l'on est... ou que l'on est pris dans d'autres luttes... de survie, de pouvoir ou de destruction...

Vouloir revenir en arrière, c'est refuser de croire... c'est abdiquer sa confiance, puisque l'idée que l'on pourrait, en effaçant quelques traces, mieux jouer sa route, se surexpose à celle qui nous laisse penser, qu'à tous moments, nous sommes confrontés à de nouvelles possibilités de faire dévier notre chemin, dans un sens qui nous va mieux...
Rien n'est jamais joué d'avance... Il ne faut pas être tenu en laisse par un vague sentiment de destinée, écrite par on ne sait quel scribouillard au service de dieux inventés de toutes pièces. Nous lançons nos dés nous-mêmes... sur le tapis de jeux... mais nous ne sommes pas les seuls joueurs, et chacun souhaite s'en tirer avec le meilleur score, c'est bien normal... non pour écraser les autres, mais pour être fier de sa réussite...

Ce qu'il faut viser, ce n'est pas forcément un bon début... mais bien la fin... et toutes les étapes intermédiaires entre les deux, même si elles se font suite et cheminent, sont un nouveau départ dans la mesure où elles apportent toujours de nouveaux éléments propices à modifier la donne initiale...
Chaque décision est un pari que l'on fait... et qui oriente notre vie... Il y a les joueurs prudents, les joueurs qui savent prendre des risques mesurés et les flambeurs... Nous sommes parfois tour à tour ces trois là... Cela dépend aussi de l'enjeu...

Et même commencer à créer une fin heureuse... cela ne veut rien dire... La seule chose que nous pouvons véritablement créer, ce sont des instants heureux...
Nous ne maitrisons pas plus l'avenir que le passé, la seule chose qu'il nous est possible de maitriser c'est notre état d'esprit au moment présent... La seule décision que l'on puisse prendre, c'est d'apprendre à s'ouvrir au bonheur de vivre... parce que quand on sera mort, ce sera trop tard pour y songer...

Le début... la fin... quelle importance ?... Mais entre les deux, y a plein de jours qui donnent le ton... ... 


Partager cet article

Repost 0
11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 02:05

" Il vaut mieux avoir de l'avenir que du passé."

Victor Cousin (....bio...)


On se présente souvent avec son passé en carte de visite... comme s'il pouvait être prometteur de quelque avenir... comme s'il contenait en lui déjà toute l'éclosion de notre être... comme s'il avait pouvoir de signification à venir...
Le passé... bien sûr que l'on a tous un passé... chaque seconde qui passe nous repousse déjà au passé... Point n'est besoin de se retourner très loin pour sentir son ombre nous suivre... Le passé s'attache au présent par l'enfilade du temps qui nous transperce...

Si nous ne pouvons être certain de la durée de notre avenir, nous avons cette supériorité au regard du passé. On peut le comptabiliser sans peine... sauf à être devenu totalement amnésique... ou à vouloir y ressembler... Parfois le passé semble nous retenir... Et il faut à grands coups de pied le rejeter à son "has been"...

L'avenir comporte de grands pans d'inconnu... le passé est notre terre natale, on y connait déjà l'issue de toutes les histoires qu'il narre... même s'il recèle encore quelquefois quelques zones d'ombre, quelques incertitudes ou quelques ambiguïtés quant à son interprétation possible...
L'avenir est peuplé de projets et de rêves... Le passé ne projette que des actions déjà finies... et des rêves à demi ensevelis si l'on a cessé de les poursuivre...

L'avenir donne carte blanche à l'imagination
, au devenir en réalisation, aux désirs à faire vivre, aux émotions fantasmées, aux aventures vierges de toute connaissance...
Le passé traîne ses valises, ses joies, ses peines, ses regrets et ses remords... ses parfums de légèreté, d'ambition qui se sont développés ou qui se sont évaporés... Il a gagné en expérience ce qu'il nous a fait perdre d'innocence... Il a coulé le ciment de nos fondations, qu'elles soient fortes ou branlantes aujourd'hui ne sont même pas à questionner...

Il vaut mieux avoir de l'avenir, et regarder à l'avant ce que dévoilent tous ces paysages qu'il nous reste à explorer, plutôt que de ressortir les vieilles cartes postales des ports anciens dans lesquels nous avons joué, aimé, vécu, grandi.
.. Quelles que puissent être leurs couleurs, le temps en a changé l'éclat, elles ne sont plus tout à fait reflet réel de réalité... Nos souvenirs les ont arrangé... Nos souvenirs trahissent la mémoire des choses pour les modeler à nos envies d'aujourd'hui... On ne peut pas savoir d'avance ce qui ravira notre palais à notre appétit de demain...

Le passé peut être guide... mais pas nécessairement conseiller.
.. Il est bon parfois de se dégager de son influence, pour naître vierge aux jours nouveaux ...
Le passé, c'est notre histoire, mais pas seulement... On le partage toujours avec une foule d'autres personnes, qui elles-mêmes continuent de cheminer leur route... La vie est ainsi faite que l'on ne s'appuie pas pour l'éternité sur les mêmes épaules, que l'on ne tient pas les mêmes mains, que l'on ne suit pas les mêmes conseils...
L'avenir pour être libre, oblige à ne se soumettre à aucune loi caduque, issue d'anciennes croyances, d'anciens précepteurs dépassés ou d'anciennes habitudes démodées...

Ce n'est point infidélité au passé que de le laisser prendre place dans des malles que l'on referme. Ce n'est pas le renier que d'en amoindrir l'intérêt au soleil qui se lève chaque jour nouveau... Ce n'est pas oublier que de garder ses secrets dans des coins réservés de notre vie... Ce n'est pas mourir que d'enterrer ses fantômes et ses quelettes... comme ce n'est pas vivre que d'en tirer toute référence dans l'instant qui s'écoule...


L'avenir nous offre à chaque instant de nouvelles pages blanches pour s'écrire...
Faisons oeuvre de sagesse, et accordons lui une existence propre à découvrir en toute liberté...
...

Partager cet article

Repost 0
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 01:15

" Plus une femme est jolie, plus elle a du mal à savoir qui elle est."

Jostein Gaarder (... le monde de JG...)


L'apparence, qu'on le veuille ou non, est une sorte d'identification première de l'individu
. Avant même d'entrer dans une relation personnelle et d'échanger quelques mots, nous avons largement tendance à émettre un jugement qui ne se fonde sur rien d'autre que ce que l'on voit de l'extérieur... Le culte du corps est devenu nouvelle religion et l'on essaie de nous asséner des standards de beauté, auxquels tant bien que mal, beaucoup essaient de coller... Ainsi se dégager de l'apparence n'est pas aisé...


Les femmes sont encore plus soumises à ces diktats... L'été qui s'annonce va voir refleurir dans tous les magazines féminins leur cohorte de régimes, pour aborder la plage en toute sérénité... "L'été sera chaud !..." mais je doute que l'on veuille évoquer la température au sol... La femme doit être belle, mince, sexy... et éventuellement, mais ce n'est pas obligatoire, intelligente... Quoique d'aucuns semblent négliger tout à fait cet aspect... Moins elle réfléchit, mieux c'est... On en revient au fameux "Sois belle et tais-toi !...". Et les femmes un peu avantagées physiquement sont relativement vite assimilées au rôle de potiche, sortes de faire-valoir que l'on exhibe fièrement..

La question de l'identité n'est de ce fait pas facile à aborder... Comment se définir ? Comment savoir qui l'on est au-delà des critères esthétiques ? Les blagues sur les blondes nourrissent le mythe de la Belle au Petit Pois dans la tête (avant on lisait "La princesse au petit pois" aux enfants... nous avons changé d'époque... et de référence...).

Plus encore, les jolies femmes doivent aussi affronter la jalousie de leurs paires qui n'ont pas été aussi bien dotées
... et elles ne leur font pas de cadeaux...

Ainsi les avantages conférées par la beauté sont limités. Les hommes lorgnent sur des formes qui les font fantasmer, les femmes bavent sur leur moindre défaillance, et tout le monde est d'accord pour s'entendre que l'on ne peut être que belle OU intelligente...
Il faut alors se battre pour faire admettre que l'on peut tout à fait être à la fois attrayante ET sensée, voire même brillante...

Ce que qu'exprime Jostein Gaarder ici, c'est que c'est finalement beaucoup plus compliqué de se trouver soi-même quand on est dans ce cas, car la connaissance de soi passe aussi par ce que nous renvoient les autres en miroir. Et comme ces reflets véhiculent beaucoup de clichés infondés, il faut alors soi-même se dégager du regard des autres, s'affranchir du jugement et chercher seule...
Les jugements sont durs et blessants souvent... Si l'on met en avant ses atouts, alors on est prétentieuses, si on les laisse de côté, alors on joue la fausse modestie... Si on s'habille de façon à mettre son corps en valeur, on "s'exhibe", on provoque...
Et si on ne fait rien... on est bêtes de ne pas profiter de ce que la nature nous a donné...
Oui... décidément, parfois c'est bien compliqué de savoir qui l'on est et comment se comporter pour être soi, juste comme on est...

Mais avec le temps, on apprivoise les clichés, on parvient aussi à habiter son corps et sa tête de plein droit, et à s'apprécier tel quel... et à se sentir très bien.
Avant d'être un homme ou une femme, on est une personne !!!... C'est cette personne qu'il faut rencontrer, d'abord soi-même... pour pouvoir ensuite la présenter aux autres...
Personne ne peut être réduit à une somme de chiffres, qu'il s'agisse de mensurations ou de QI... Notre valeur est la même indépendamment de la somme de ces mesures... et l'esthétique n'est qu'une valeur ajoutée à la personne que l'on est au sens plein du terme...

L'apparence de la connaissance de soi qu'a l'autre, ne vaudra jamais la connaissance de soi quand elle nous apparait... ...


Partager cet article

Repost 0
9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 17:27

 

" Il y a 33 ans qu'on me répète à propos de tout : "Vous verrez... vous verrez !...". Je n'ai rien vu !..."

Jean Cocteau


Les donneurs de leçons, les redresseurs de torts, les visionnaires d'apocalypse annoncée et les prédicateurs de malheurs se livrent combat aux arènes du pessimisme pour nous ombrager l'envie de vivre... Leurs peurs bien arrimées à leurs banières, ils s'affligent de notre inconscience si l'on ne veut pas suivre le même chemin qu'eux...
Mais pourquoi se rallierait-on à ce genre de visions pipées, qu'ils manipulent à tout va pour masquer leur lâcheté, leur envie ou leur terreur ?...

Oui, souvent c'est pile ou face... D'une situation on a toujours plusieurs possibilités que notre capacité de choisir orientera dans une direction ou une autre...
Oui, on a toujours le risque de se tromper... Mais chacun a le droit de faire ses erreurs et de prendre les risques qu'il veut...
Oui, il arrive que ce qui arrive ait pu être prévu... Et alors ? Rien ne vaut d'expérimenter par soi-même plutôt que de s'en remettre à du "prêt à penser" dont on ne sait pas s'il est à notre mesure...

"Ah tu verras... tu verras..." De toute évidence, on finit toujours par voir... et après tout, peu importe quoi... Ces oracles de menaces n'ont pour but que de saper la confiance, que l'on peut nourrir face au bien fondé de ses choix.
Que nous puissions garder la force, par-delà le temps et les épreuves, de ne pas laisser s'installer ces doutes douteux, mais rester là, bien droit sous les bourrasques, et attentif à la petite voix de notre conscience, qui elle, se met bien plus à notre service que tous ces cancanneurs tapageurs, qui se délectent de la misère du monde et de l'obscurantisme de leur motivation à agir de la sorte...

Il est toujours facile de mettre en garde contre le danger... et cela ne nécessite aucun courage, ni même aucune bienveillance ni compassion...
Le courage, c'est de savoir, dans une situation, se déterminer après avoir pesé le poids de toutes les hypothèses, d'opter pour la conduite que l'on veut tenir... et s'y tenir...
Accompagner, n'est pas émettre des jugements fallacieux qui ne reposent sur rien, ni brandir des avertissements sentencieux... non, accompagner, c'est respecter sans chercher à influencer les décisions prises, c'est accepter même sans comprendre, que chacun vit ses choix en fonction de ses capacités à les assumer...

Mais les mots ne sont pas là pour démontrer quoi que ce soit... la vie s'en charge... Vous verrez... ... 


Partager cet article

Repost 0
8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 03:05

"Pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible."

Antoine de Saint-Exupéry (... l'officiel...)


L'avenir nous appartient... autant que le passé et le présent... Nous sommes toujours les principaux bâtisseurs de nos vies, en utilisant au mieux les circonstances selon nos convenances. Les circonstances sont faites d'une multitude d'éléments qui nous sont extérieurs, et dont nous avons tout loisir d'user comme bon nous semble...
Certaines circonstances apparaissent être des détonnateurs favorables propres à donner une impulsion importante à la concrétisation de nos buts ou projets, d'autres au contraire semblent se dresser comme des obstacles ou des retards au développement de nos envies...
Mais elles restent par dessus tout, des circonstances, et non des facteurs absolument déterminants susceptibles d'être immuables... Le vent tourne et les souffle... telles des poussières de réalité qui se dispersent et reforment un autre nuage de possibles...

Une possibilité définit un concours de circonstances rendant réalisable, possible, la concrétisation d'une réalité, qu'elle soit ou non souhaitée... quelque chose que l'on peut rendre concret si on en accepte le défi...
Un possible se définit par l'idée que, dans l'absolu, sans tenir compte d'aucune circonstance extérieure, ou intérieure, une chose pourrait être matérialisable. Il faut pour faire naitre ce possible, en évaluer les conditions nécessaires et les moyens pour y parvenir...

Nous confondons souvent possibilité et possible
... et c'est là la source de nombre de nos maux... Les possibilités sont d'une portée plus simple, puisqu'elles sont mises à notre disposition par la réalité, alors même que les possibles, il faut en accoucher tout seul pour qu'ils émergent de nos rêves à la vie...


L'avenir conjugue les deux : possibilités et possibles...
Nous avons toujours des possibilités multiples qui s'ouvrent à nous. Nous faisons face sans arrêt à leurs réalités, et devant elles optons pour certains choix, qui rendent alors possibles d'autres évènements...
Nous détenons toutefois la faculté de cultiver le champ des possibles, mais cela demande une foi plus grande, dans la mesure où rien n'indique que leurs germes pourront grandir et être viables...

Il est vain de vouloir prévoir l'avenir, et même de vouloir l'organiser
, tel un voyage touristique qui détaille les étapes et les sites que l'on visitera... On peut se fixer des buts, avoir des rêves, des envies, mais tout ce que l'on peut réellement faire, c'est se donner les moyens de les atteindre, sans aucune garantie que les moyens mis en oeuvre, seront couronnés de succès...

Néanmoins, une fois que l'on a déterminé la direction, la voie ou le but, il arrive presque inévitablement qu'une série de circonstances favorables y répondent...
On dirait que le hasard aime l'engagement déterminé bien qu'incertain vers le possible... et qu'il le récompense de petits coups de pouce, de possibilités, auxquels on n'aurait peut-être pas prêté attention si nous ne nous y étions pas engagés de façon maximale...

Ainsi donc s'agirait-il seulement de s'ouvrir à l'avenir et de l'accepter avec toute sa part d'inconnu, plutôt que de vouloir le planifier et par là, le rétrécir...
S'ouvrir à l'avenir, c'est s'engager à marcher dans une direction sans être pointilleux sur les formes et les façons de voyager... L'essentiel étant d'atteindre sa destination au plus près, en profitant de toutes les découvertes que recèle le chemin emprunté...
Planifier nous enferme dans des timing étroits qui ne laissent que peu de place à l'inattendu et à l'improvisation, et qui peut de plus générer angoisse et insatisfaction quand les circonstances se montrent désobligeantes envers nos exigences de scénarios...

Cheminons sans hâte mais avec détermination...
Ouvrons des yeux neufs à tous les carrefours... on ne sait jamais...
Et suivons la route la plus fleurie... même si elle n'est pas la plus rapide...

C'est l'impossibilité de l'avenir qui doit effrayer... pas ses incertitudes ... ...


Partager cet article

Repost 0
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 17:24

 

" Imaginez que vous vous donnez soudain le droit d'être furieusement heureux."

Alexandre Jardin (...###...)


Imaginez que... vous laissiez toutes vos craintes, tous vos doutes et toutes ces choses qui vous entravent, s'envoler... et qu'il ne vous reste plus qu'un espace immense de vie, comme une grande page blanche, sur laquelle vous pourriez dessiner, écrire ou gribouiller tout ce qui vous passerait par la tête... Qu'y feriez-vous ?...

Etre heureux, ça ne consiste souvent pas à réaliser des rêves impossibles... On a toujours la possibilité de trouver de petites choses qui nous mettent le coeur en fête, parce que les racines du bonheur, quoi que l'on puisse en dire, sont à l'intérieur de notre coeur... Ce que l'on fait de façon contrainte, sans goût particulier n'a jamais la même saveur que lorsque le coeur s'y colle... Quand on décide enfin d'écouter nos envies, nos désirs, nos inclinaisons, alors c'est comme repeindre le paysage... Tout s'éclaire différemment...

Se donner le droit d'être furieusement heureux, c'est laisser parler nos rêves. Il n'y a pas de guide, de mode d'emploi. C'est s'ouvrir à sa vérité intime... La Vérité est un leurre, il n'y a qu'une vérité pour chacun de nous, mais aucune Vérité Universelle. C'est la raison pour laquelle, ce chemin vers la Vérité, tant galvaudé, que certains prétendent vouloir enseigner, est une voie sans issue pour ceux qui s'attendent à ce qu'on leur en fasse la révélation... Le seul chemin vers la Vérité consiste à découvrir en soi, ce qui nous procure le plus grand bien, et l'ayant découvert, ce que de cette découverte, on peut apporter aux autres... Parce que la vérité pour soi n'a aucun sens...

Se donner le droit d'être furieusement heureux, c'est s'autoriser à être pleinement soi-même, et peu importe les regards ou les jugements portés... Notre bonheur vaut bien de supporter l'incompréhension, le jugement erroné et la petitesse envieuse de ceux qui sont rétrécis par la peur... Le bonheur est un puissant bouclier, autant qu'un bélier prêt à enfoncer toutes les barrières... Il induit une force d'optimisme propre à dévaster les plus redoutables armées... Il donne des ailes pour traverser les océans de doutes et d'opposition...

Se donner le droit d'être furieusement heureux, c'est tout simplement s'accorder le droit de vivre au sens noble du terme, pas seulement respirer et se maintenir en vie. Ce n'est pas être exempt de toute contrainte, c'est au-delà de ces contraintes, savoir chercher et trouver, toutes les fleurs à notre portée, pour s'offrir soi-même de merveilleux bouquets...

L'imagination est un premier pas vers la réalisation... Imaginez le bonheur... Cherchez en vous ce qui le décrit au plus près de vos envies, besoins et désirs... Imaginez-le souvent !...
Les pensées sont le jardin secret dans lequel nous pouvons planter à loisir toutes les graines que nous aimerions voir germer... à l'abri des intempéries, à l'abri des jugements empoisonnés et de tous les désherbants de la vie...

Oui... Furieusement... comme s'il y avait urgence à être heureux... ...


Partager cet article

Repost 0
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 01:06

" Ton visage est un endroit qui a marqué ma vie."
Anna Gavalda (...++++...)


Ton visage est un endroit qui a marqué ma vie...
Il a gravé une empreinte forte au croisement de nos regards...
Chaque visage, c'est comme un nouveau paysage que l'on apprécie...
Qui s'évapore avec le temps ou qui s'accroche à notre mémoire...
Les traits de ton visage ont ricoché dans mes yeux,
M'éclaboussant le coeur au risque d'y noyer ma raison...
Rafraîchissant par là des sentiments paresseux...
Qui ne me posaient plus de question...


Dans ma tête, défilent en un diaporama continuel,
Toutes ces images de toi, ces photos saisies en l'instant,
Qui changent ta géographie, comme des polaroïds émotionnels...
Dans mon souvenir qui s'imprègne, de tes reliefs changeants...
Comme un reportage photo qui se serait réalisé à mon insu...
Toutes tes mimiques gravées, et tes détails zoomés...
Un port auquel on s'attache même quand on ne le voit plus...
Comme ces lieux à fort courant tellurique éprouvé...


Ton visage est un endroit qui a marqué ma vie...
J'ai suivi ses courbes des yeux, caressé ses contours de mes mains,
J'ai goûté le grain de sa peau, et j'y ai doucement appris...
Comme il était bon de voir se refléter dans tes yeux, l'éclat des miens...
Je reçois comme des cartes postales tous ces souvenirs de toi,
Qui accostent sans que je les poste, à ma boite aux sentiments depuis...
Ton visage est un endroit qui a marqué ma vie...
Et j'ai le coeur à l'envers quand je suis loin de toi...


Ton visage est un endroit qui a marqué ma vie... ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Lo - dans EN VERS...
commenter cet article
5 avril 2008 6 05 /04 /avril /2008 17:19

 

" Tu ne vois que ton ombre quand tu tournes le dos au soleil."

Khalil Gibran
(... le prohète...)

Le soleil n'est pas statique, il établit chaque jour, une course tranquille qui traverse notre ciel... et si nous voulons profiter de tous ses rayons, nous devons aussi, faire l'effort de nous orienter vers sa direction. Si nous restons cloués sur place, certains moments se verront ensoleillés, d'autres ombragés, alors que si nous nous inscrivons nous aussi dans le mouvement, nous pouvons, à tous moments, être baignés de sa lumière...

Evidemment que si nous tournons le dos au soleil, nous ne voyons que notre ombre... Celle-ci n'est pas forcément mauvaise en soi. L'ombre régule... et abaisse les températures si celles-ci deviennent trop vives à supporter... Mais entre la froideur de l'ombre et la chaleur enveloppante du soleil, chacun peut choisir...

L'ombre et la lumière... toujours cette dualité qui nous poursuit, à chaque instant, à chaque mouvement... dégradé de teintes qui se pose sur nos vies, nos buts et nos destinées. Nous avons toujours autour de notre lumière notre ombre qui s'y suit... Mais la taille de l'ombre est variable suivant son degré d'exposition à la lumière... Au zénith elle semblerait même s'anihiler tellement son champ de réflexion se restreint sous l'éclat des rayons...

Nous pouvons choisir... Ce n'est pas le soleil qui nous prive, c'est seulement notre position qui détermine les angles de réflection... sans qu'aucun réflexion n'y ait sa part... Préférer réfléter le teint blême de ceux qui fuient son contact, ou afficher le hâle chaud d'une exposition mesurée... qui n'illumine pas que l'extérieur, mais bien tout notre être profond...

Le soleil, c'est l'image que l'on peut donner de ce qui brille au fond de nous, de ce qui nous rend vivant, de ce qui est propre à illuminer nos vies. Notre soleil renvoie ses éclats depuis l'antre de nos yeux pour le répercuter sur le monde que nous saisissons de cette façon...
Ne nous fermons pas à la lumière, elle rend visible tout ce que l'obscurité tend à laisser dormir, caché sous l'absence des jours qui refusent de se lever...

Pas de philosophie de basse-cour, qui essaierait de donner ordre ou conseil sur la conduite à tenir, mais juste dégager un bon sens, qui dit que nous fonctionnons selon le principe de plaisir, et fuyons le principe adverse de déplaisir... Tout être normalement constitué aura préférence de choisir la douceur, la chaleur, la lumière plutôt que le côté sombre de la vie... sauf à souffrir de sévères déséquilibres de représentations...

Tournons-nous vers le soleil... et laissons notre ombre nous tempérer à distance... ... 


Partager cet article

Repost 0
4 avril 2008 5 04 /04 /avril /2008 00:28

Donner un sens à sa vie ne veut rien dire, il faut juste lui donner DU sens...

Conclusion personnelle...

Et ce sens c'est savoir en tout, trouver le meilleur...
C'est s'attendre que chaque journée qui commence, ne soit pas une journée perdue, vécue dans l'anonymat des autres jours, une vie qui s'écrit à chaque jour qui se lève... et dont le soir, en s'endormant, on peut faire un bilan agréable...
J'ai fait une liste concernant la discipline à qu'il serait bon d'adopter le soir en s'endormant, pour se réveiller en pleine forme...
- trouver au moins une chose positive qui s'est passée dans la journée...
- si possible, s'endormir dans la tendresse d'une personne que l'on aime, au propre ou au figuré physiquement...
- penser à la bonne journée que l'on passera le lendemain...
- pratiquer des techniques de respiration/relaxation garantes d'un bon sommeil...
- savoir que la vie nous apporte tout ce dont on rêve, à partir du moment où on lui demande et qu'on y croit, que le temps est notre allié...


Et s'étant bien conditionné ainsi le soir, pour tirer au mieux parti de la journée merveilleuse à laquelle on a rêvé, rien ne vaut d'appliquer une discipline quotidienne cette fois :

- Eviter de se sentir contrarié quand les choses ne se passent pas comme on les avait imaginées... Elles recèlent d'autres trésors, à nous de savoir bien regarder et d'ajuster les verres correcteurs de nos lunettes au besoin...
Rester enthousiaste face à l'avenir...

- Fuir les gens négatifs, pessimistes, mesquins, petits, sournois...
Savoir s'entourer de personnes qui nous font du bien à l'âme... et ne pas croire que l'on est responsables du malheur des autres. Chacun donne aux évènements l'impact qu'il veut et est seul artisan de ses propres croyances et ressentis...

- Ne pas culpabiliser : nous ne sommes pas de super héros, nous faisons tous des erreurs... Et alors ? ... Essayer de les reconnaître d'accord, mais ne pas se sentir coupables, sauf à avoir fait le mal complètement volontairement...

- Avoir confiance : parfois on passe par de sérieux moments difficiles... mais depuis le début c'est la même histoire, comme une roue qui tournerait à la Foire du Trône, tout en haut, on descend, tout en bas, on remonte, tout en haut...
La vie est un jeu d'équilibre... Ne pas croire que parce que l'on descend, on va inévitablement se ramasser la tronche de façon définitive... On va remonter... On remonte toujours...
Les choses s'arrangent toujours, un jour... ou l'autre... ou bien le suivant...
Mais le temps est question très relative...

- Sourire : On aura de plus belles rides... et puis c'est tellement plus agréable des gens qui sourient...

- Faire des projets : peu importe qu'ils soient ou non réalistes, les avoir dans la tête les aide à se réaliser. Souvent on ne sait pas comment atteindre ses objectifs, mais le fait d'y penser souvent les rend de plus en plus concrets... Force de la pensée créatrice et de la visualisation...
A ne surtout pas négliger...
Et puis même si ça ne marche pas... ça fait du bien aussi de rêver... On vit dans une vie en mouvement, et non dans une routine qui s'embourbe à force de bégayer ses impossibilités...

La discipline... c'est la base de la liberté, aussi contradictoire que cela puisse sembler... ...


Partager cet article

Repost 0
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 01:47

" Il n'y a que deux choses qui servent au bonheur, c'est de croire et d'aimer."

Charles Nodier
(... ***...)



Laissez-moi croire... que ce que porte l'amour mène plus loin...
Que ce que la haine soutient...
Laissez-moi croire... que ce qui nous rend vivants...
C'est de pouvoir sentir, et ressentir... d'éprouver ses sentiments,
Et que s'aveugler de rancoeur, de colère, de torts et de remords,
Nous déshumanise... et fait de nous des demi-morts...
Laissez-moi croire... et encore croire...
Et brandir cette foi plus haut que tous les drapeaux noirs...


Que signifie être vivant ?... si l'on n'existe pas dans l'instant ...
La vie... elle coule en nous, ici... maintenant...
Que savons-nous de la prochaine minute ?... tant qu'elle reste en suspens...
Que savons-nous de nos demains ?... tant qu'on les attend...
Courir après le temps, c'est vouloir étreindre le vent...
S'arrêter dans le temps, c'est vouloir lutter à contre courant...
Parce que la vie ne cesse jamais sa marche en avant...
Le bon moment... il ne se trouve que dans le moment... présent...


Laissez-moi croire, que l'on peut... à force de vouloir
A force de croire, et de nourrir précieusement cet espoir,
Laissez-moi croire, oui... que l'on peut tout apprécier de l'histoire...
Et que l'on ait envie de s'y laisser conter... jusque très tard...
Laissez-moi croire... qu'il n'est jamais ni trop tôt... ni trop tard...
Que la lumière n'est jamais... ni trop forte ni trop faible... ni illusoire...
Que l'utilité des choses... n'est qu'une question accessoire...
Tant qu'on a la force d'aimer et de croire...


Et c'est quand le soleil décline qu'on a encore plus besoin de cette force-là, hein ?...
...


Partager cet article

Repost 0

REPERES...

  bullet jaune   Sommaire général  

  bullet jaune   Page d'accueil

Liens...