Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil...

  • Lo
  • laurencewitko5@gmail.com
  • laurencewitko5@gmail.com

CONTACT...

Rechercher...

OU BIEN LAISSER UN MESSAGE...

Archives...

3 mai 2008 6 03 /05 /mai /2008 23:59

" Un livre peut rester fermé 100 ans, 200 ans, 1000 ans, il ne meurt pas plus qu'un caillou."
Charles Danzig



L'art est, en général, un bon moyen d'accéder à l'immortalité...

Partager cet article

Repost 0
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 16:36

" Un chef d'oeuvre de la littérature n'est jamais qu'un dictionnaire en désordre."
Jean Cocteau



Un chef d'oeuvre de la littérature est avant tout création innovante, et ne saurait être comparé à un dictionnaire en désordre.
C'est un peu plus que cela tout de même... Un dictionnaire n'a pas pour fonction première d'être lu... il ne sert que de référence. Un chef d'oeuvre de la littérature peut également servir de référence, mais il est préférable de le lire en entier auparavant...


Il n'y a pas de définition d'un chef d'oeuvre de la littérature. Chaque époque, chaque style... comportent des chefs d'oeuvre, mais les critères d'appréciation sont très variables. Certains classiques de la littérature française, bien qu'on leur reconnaisse leurs lettres de noblesse, sont tout à fait ennuyeux à lire... D'autres moins illustres méritent qu'on s'y arrête... Et chaque lecteur réagit différemment aux mots qu'il lit. L'histoire est certes, élément important, mais pas décisif... La magie des mots opère parfois au-delà du sens premier des mots...

Que l'on prenne n'importe quel domaine artistique, plus que la matière travaillée, c'est la créativité déployée à travailler cette matière qui en fait l'unicité et la beauté.
La littérature est un domaine très vaste, nombreux sont les appelés de la plume, et pourtant peu d'élus au rang des best-sellers... Il ne suffit donc pas de mélanger les mots du dictionnaire pour faire un chef d'oeuvre... il faut savoir mêler habilement l'histoire et la façon de la raconter... créer une atmosphère... connaître ses personnages sur le bout de son crayon... et que les mots coulent naturellement, l'un appelant le suivant tout naturellement...

On dit que le livre se porte mal actuellement... Internet et ses e-books ont changé la donne sur ce marché aussi. Néanmoins, pour les amateurs de littérature, je pense que rien ne remplacera jamais le livre... celui que l'on feuillette... que l'on peut emporter partout... qui jaunit avec le temps... qu'on a parfois annoté... et qu'on redécouvre à travers ces anciens filtres...
Les livres ne peuvent pas disparaitre, ils gardent trace de la mémoire du temps... ils sont notre histoire enpaginée dans de petits volumes témoins... ils sont gardiens des moeurs des différentes époques qu'ils ont traversées...
Internet ne peut évincer le papier... La lecture sur écran est fatiguante pour les yeux, et le plaisir de tourner la page, réduit à un clic de chargement... Plus de pages qui se froissent ni ne se cornent... Impossible !...

La littérature est un mot parfois mal approprié pour désigner des volumes remplis de mots, et qui n'ont de littéraire que les matières de base employées... Les mots sont matière, l'auteur les modèle, les enfile, les soupèse, les juxtapose, les confronte... avec bonheur, et parfois... sans...
La littérature de quais de gare par exemple, n'a pas pour but de se hisser au rang des chefs d'oeuvre, elle vit de la fidélité d'un public, qui ne saurait oser viser ces pièces maîtresses que représentent les chefs d'oeuvre... réservés aux initiés...
La littérature souffre d'une image d'élitisme... au même titre que la musique classique... Pourtant, il suffit de savoir lire pour aborder n'importe quel ouvrage, tout comme il suffit d'ouvrir ses oreilles et de se laisser pénétrer par les notes pour ce qui est de la musique classique...

Peut-on dire qu'un dictionnaire est un chef d'oeuvre de la littérature ?... ...


Partager cet article

Repost 0
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 16:35

" Aucun homme n'a reçu de la nature le droit de commander les autres."
Diderot

 


Et cela s'applique à tous les domaines... de l'existence...
La conquête du pouvoir ne peut se dissocier de la volonté de puissance. Le seul pouvoir recherché est celui exécutable sur ses pairs, même s'il n'est ni aisément admis, ni mis en avant dans sa conquête... loin s'en faut...
"Aucun homme n'a reçu de la nature le droit de commander les autres... Une évidence, au goût de mirage...

La recherche du pouvoir, c'est le besoin de contrôler les choses... une sorte d'insécurité pathologique... un manque d'estime personnelle, qui nécessite la reconnaissance des autres pour avoir foi en sa propre valeur... une béquille pour se sentir être, enfin quelqu'un...
La recherche du pouvoir n'est pas toujours négative non plus... ni pathologique... elle peut se vouer à une cause, qui ne pourra être entendue qu'en ayant le pouvoir de son côté... Le problème, c'est que le chemin du pouvoir est souvent semé d'embûches, on y perd facilement son authenticité... Le chemin est passager, on doit rester focalisé sur le but...
Le pouvoir est un outil dangereux, qui peut étourdir celui qui le détient... et écraser ceux qui le subissent... Lepouvoir en soi n'est qu'un concept, ce sont les règles de son application qui sont à craindre...

Les luttes de pouvoir existent à tous les niveaux de la vie, leur intensité varie en fonction des intérêts de chacun...
On peut trouver cette lutte de pouvoir chez les parents vis-à-vis de leurs enfants. Pourtant être parent ne signifie pas détenir un pouvoir sur ses enfants, mais juste être ceux qui les accompagnent sur le chemin de leur autonomie...
Lutte de pouvoir dans le travail, on assiste parfois à des remake de "Dallas" dans la manipulation et l'hypocrisie qui permet d'arriver à toutes ses fins... Or, le but d'une entreprise n'est-il pas une collaboration efficace et fructueuse ?... donc solidaire et franche ?...
Lutte de pouvoir dans le jeu social en général, les visées de ce pouvoie sont peut-être axées sur la popularité ou l'image que l'on donne...

Toutefois, les leaders, les décideurs, les chefs... quoi que l'on puisse en penser, sont absolument indispensables. En effet, lorsque les débats restent sans conclusion unanime, il faut bien quelqu'un qui tranche...
Dans la nature, les animaux vivant en meute ou en hardes, ont tous à leur tête un "chef" dont ils acceptent les décisions, en échange de sa protection du clan... Nous ne sommes pas très différents sur ce plan...

Ce qu'il est important de se rappeler c'est qu'en effet, on ne reçoit pas le pouvoir de la nature... Ce n'est pas un droit... c'est un privilège auquel est soumis celui qui commande, une charge à haute responsabilité, qui doit s'exercer pour préserver le bien-être de tous, et non pas de façon égocentrique...
Le pouvoir que l'on a, on le doit toujours aux autres... sans eux, plus de pouvoir...
C'est la dialectique du maitre et de l'esclave de Hegel... Le maître se définit en tant que maître, par le pouvoir qu'il exerce sur les autres, il a besoin de l'esclave pour être maître, inévitablement... mais l'esclave n'a pas besoin de maître pour être une personne entière... Ainsi l'esclave est-il plus nécessaire au maître pour sa reconnaissance, que le maître à l'esclave...
(la dialectique est très résumée ici...)

La déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen reste d'actualité : tous les hommes naissent libres et égaux en droits... par nature... et quoi que l'on veuille nous faire croire...
S'il y a bien un droit qui fonde tous les autres, c'est la liberté... quand on n'oublie pas bien évidemment que notre liberté s'arrête là où celle des autres commence...

La nature fait bien les choses, hein ?... Dommage qu'elle soit désormais en péril... ...

Partager cet article

Repost 0
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 16:07

" L'homme souhaite un monde où le Bien et le Mal soient nettement dicernables car est en lui le désir inné et indomptable, de juger avant de comprendre."
Milan Kundera


Le Bien et le Mal fondent la morale ; la morale permet d'encadrer les moeurs et les comportements, voire même la façon de penser. La distinction entre le Bien et le Mal doit être nette : tout acte doit pouvoir pencher d'un côté ou de l'autre, la neutralité n'existe pas...
On peut ainsi appréhender le monde facilement avec deux gros filtres de jugement simplifié... un cadre de référence qui nous évite bien des réflexions... des repères rassurants pour guider notre opinion...

Distribuer les évènements de la vie selon ces deux axes, c'est inévitablement porter un jugement. On ne fait pas toujours les choses parce qu'elles sont bien, ou parce qu'elles sont mal... De plus, nos possibilités d'action sont parfois restreintes, et l'on choisit par dépit le moindre mal...
Utiliser ce genre d'outils pour évaluer la vie est réducteur... au-delà de la notion du bien et du mal existent d'autres éléments qui déterminent nos agissements... au-delà de la morale, il y a des histoires de personnes qui interagissent les unes avec les autres... au-delà de la vue d'ensemble extérieure que nous regardons, il y a une multitude de raisons et d'enchaînements, qui font que le cours des choses est sans cesse évolutif, pas toujours "raisonnable" en termes de bien, de mal et de morale...

La morale, et plus encore la moralité, sont avant tout véhiculées grâce à l'opinion publique, cette foule de "on" silencieux, qui se dresse comme un mur à facettes, et qui nous projette ses images admises et "rassurantes"...
La dictature du "on" est régime insupportable. Loin des grands héros de cape et d'épée, le grand "On" traque de la pointe de sa bonne conscience collective, tous nos actes "subversifs" à sa sphère de pensée... Sans rien remettre en cause de sa véracité et de sa légitimité...
Juger du bien et du mal permet de s'identifier à un groupe de pairs, de se reconnaitre appartenant à une communauté... au lieu de se sentir seul devant un carrefour de pensée en quelque sorte, avec des directions pas assez claires à prendre sans réflexion préalable...

Juger prend moins de temps que comprendre... L'économie du temps d'écoute, de réflexion et de remise en question y est sans commune mesure. A partir du moment où l'on dispose de pattern de jugements bien établis, le jugement peut se faire à la chaine, pas besoin d'examiner à la loupe les cas particuliers.. Et puis l'erreur étant humaine, même si ce mécanisme primaire comporte quelques failles, il représente un tel point de repère, que les erreurs de jugement avérées... ne peuvent pas à elles-seules, tout remettre en cause...
Le manichéisme est simplification... ce côté pratique séduit beaucoup, nul besoin de se retourner les neurones, c'est un peu comme dans ces jeux collectifs de loto organisés en salle les dimanches de pluie... quand on nous dit de cocher telle case, on la coche et c'est tout. Quand on nous dit "c'est bien", on met ça du "bon côté", et quand on nous dit "c'est mal",de l'autre côté...

Bien sûr... parfois il y a des "cas de conscience", quand les limites de frontières sont floues, quand d'autres éléments sembleraient mériter d'être pris en compte... Le surmesure est plus difficile à assumer... et ne s'examine malgré tout qu'à la lumière du cadre référent, même si on le sait bancal...


La question est pourtant essentielle... Ce sont nos jugements sur les choses qui font notre vie... ...


Partager cet article

Repost 0
30 avril 2008 3 30 /04 /avril /2008 23:59

 
Cliquez pour dérouler les articles…

 

239 -- Embarquement immédiat...

" Lire, c'est partir pour nulle part, c'est s'embarquer, assis dans son fauteuil, pour une navigation immobile."
Michel Picart


240 --
Laissez-moi croire...

" Il n'y a que deux choses qui servent au bonheur, c'est de croire et d'aimer."
Charles Nodier


241 -- Course d'orientation...

" Tu ne vois que ton ombre quand tu tournes le dos au soleil."
Khalil Gibran

 

242 -- Imaginez...

" Imaginez que vous vous donnez soudain le droit d'être furieusement heureux."
Alexandre Jardin


243 --
Donner un sens à sa vie ?...

 

244 -- Vous verrez...

" Il y a 33 ans qu'on me répète à propos de tout : "Vous verrez... vous verrez !...". Je n'ai rien vu !..."
Jean Cocteau

 

245 -- Le début de la fin...

" Personne ne peut revenir en arrière et recommencer un nouveau début, cependant chacun peut commencer, aujourd'hui même, pour créer une nouvelle heureuse fin."
Maria Robinson

 

246 -- Un monde unicolore ?...

" Il ne faut pas de tout pour faire le monde. Il faut du bonheur et c'est tout !"
Paul Eluard

 

247 -- Le doux ordonnancement du chaos...

" L'ordre nait du chaos... Laissez les choses se désintégrer pour les laisser se reconstruire de meilleure manière..."
Auteur Inconnu

 

248 -- Géographie intimiste...

" Ton visage est un endroit qui a marqué ma vie."
Anna Gavalda


249 -- Projection réceptive...

" Nous ne voyons pas les choses telles qu'elles sont, mais tels que nous sommes."
Anaïs Nin

 

250 -- Porte close...

" La souffrance d'autrui, même lorsqu'on connait la cause, est une porte verrouillée de l'intérieur contre laquelle on ne peut frapper que discrètement pour que l'autre sache qu'il n'est pas seul."
Yvon Rivard

 

251 -- Trouver l'équilibre...

" La recherche d'équilibre passe parfois par des périodes de déséquilibre."
Auteur Inconnu

 

252 -- L'avenir tient-il à une possibilité ou à un possible ?...

" Pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible."
Antoine de Saint Exupéry


253 -- La sage utopie...

" Quelqu'un qui ne laisse pas la réalité déranger ses rêves est un sage."
Christiane Singer

 

254 -- Auto-réflection...

" On se demande souvent ce que les autres pensent de nous... Mais moi, qu'est-ce que je pense de moi-même ?... N'est-ce pas là l'essentiel ?..."
Auteur Inconnu

 

255 -- Récréation...

" Fais n'importe quoi mais tires-en de la joie..."
Henry Miller

 

256 -- Choix de proximité...

" On nous dit d'aimer notre voisin... d'accord, mais ne construisons pas notre maison n'importe où !"
David Baird

 

257 -- ???...???...

" L'important... est de ne jamais cesser de se questionner."
Albert Einstein

 

258 -- Thésaurisation superstitieuse...

" On n'a jamais vu de corbillard muni de porte-bagages."
Don Henley

 

259 -- L'apparence et la connaissance...

 " Plus une femme est jolie, plus elle a du mal à savoir qui elle est."
Jostein Gaarder


260 -- Les silences du départ...

" Les mots ne viennent pas facilement quand on parle à quelqu'un qui s'en va. C'est un peu comme parler à un sourd.
Cela vous coupe vos effets. On en deviendrait presque muets.
"
Annick Geille

 

261 -- Droit devant...

" Il vaut mieux avoir de l'avenir que du passé."
Victor Cousin


262 -- Tableau d'honneur...

" Si vous ne réussissez pas du premier coup, vous êtes dans la moyenne."
David Baird

 

263 -- Question au temps qui passe...

Quand est-ce qu'on devient une "grande personne" ?


264 -- A bon escient...

" L'homme qui ne lit pas de bons livres n'a aucun avantage sur celui qui ne sait pas lire."
Mark Twain

 

265 -- La poule et l'oeuf...

" J'ai des questions à toutes vos réponses."
Woody Allen

 

266 -- Le calme annonciateur...

" Même quand il ne se passe rien, il se passe quelque chose."
John Cage

 

267 -- Enseignement personnalisé...

" On n'enseigne pas ce que l'on sait. On n'enseigne pas ce que l'on veut. On enseigne ce que l'on est."
Jean Jaures

 

268 -- C'est pas grave...

" Pourquoi disons-nous : "Ce n'est pas grave !..." lorsque visiblement ça l'est ?"
David Baird

 

269 -- Animale Attitude...

" En l'absence de certitudes, fiez-vous à votre instinct !"
Jonathan Cainer

 

270 -- L'enveloppe visuelle...

" Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse."
Coco Chanel


271 -- La richesse de l'adversité...

" Votre ennemi est votre meilleur professeur."
Lao Tseu 

 

272 -- De l'autre côté du rêve...

" Faites que le rêve dévore votre vie, afin que la vie ne dévore pas votre rêve."

Antoine de Saint Exupéry 


273 -- L'illusion de l'invincibilité...

" Celui qui n'a pas peur n'est pas normal ; ça n'a rien à voir avec le courage."

Jean-Paul Sartre

 

274 -- Retour sur détours...

" La signification des voyages, c'est au retour qu'on la trouve, le seuil de la maison franchi, quand la poussière de la route est retombée."
François Vigouroux 

 

275 -- Sans se retourner...

" Quand on ne peut plus revenir en arrière, on ne doit se préoccuper que de la meilleure manière d'aller de l'avant."
Paulo Coelho 

 

276 -- Illumination batracienne...

" S'il suffisait de s'installer en position du lotus pour accéder à l'illumination, toutes les grenouilles seraient des Boudhas."
Louis Pauwells 

 

277 -- Réactions chimiques...

" La rencontre de deux personnalités est comme le contact de deux substances chimiques : s'il se produit une réaction, les deux en sont transformées."
Carl Gustav Jung 

 

278 -- Le syndrome du poisson volant...

" On ne consent pas à ramer lorsqu'une force intérieure nous pousse à voler."
Helen Keller 


279 -- Le modeste intérêt de la curiosité...

" On peut vivre sans bonheur... mais, quel est l'intérêt ?"
David Baird 

 

280 -- L'importance des petites choses...

" Quelquefois les plus petits ressorts font mouvoir les plus grandes machines."
Jean-Paul Marat

 

281 -- La philosophie des champs...

" J'aime les paysans. Ils ne sont pas assez savants pour raisonner de travers."
Montesquieu


282 -- Auto-censure...

" On n'écrit pas librement tant qu'on pense à ceux qui vous liront."
J. Grenier

 

283 -- C'est comme vous voulez...

" Quand tout le monde est du même avis, c'est que personne n'a beaucoup réfléchi."
Michele Couture

 

284 -- Orienter les voiles...

" Il n'y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va."
Seneque

 

285 -- Fatale loterie...

" Je ne veux pas gagner ma vie, je l'ai."
Boris vian


286 -- Alerte aux secouristes...

" Méfions-nous des noyés qui s'accrochent à nous, et qui nous noient."
Jean Cocteau

 

287 -- Attention, lévitation imminente !...

" Donnez-moi un point d'appui, et je soulèverai le monde."
Archimède

 

288 -- Aïe, aïe, aïe...

" A se cogner la tête contre les murs, il ne vient que des bosses."
G. Musset

 

289 -- Il était une fois...

" Il reste toujours quelque chose de l'enfance, toujours..."
Marguerite Duras


290 --
Etre là...

" Il y a ainsi des gens qui vous délivrent de vous-même -- aussi naturellement que peut le faire un cerisier en fleurs ou un chaton jouant avec sa queue.
Ces gens, leur vrai travail, c'est leur présence.
"
Christian Bobin


291 --
Idée fixe...

" La meilleure façon de ne pas avancer, est de suivre une idée fixe."
Jacques Prévert 


292 --
La relativité de la difficulté...

" Tout est difficile avant d'être simple."
Thomas Fuller


293 --
Peu importe la taille des étagères...

" Il y a des gens qui ont une bibliothèque comme les eunuques ont un harem."
Victor Hugo 


294 --
Rapport d'effets sur conséquences au carré...

" La valeur d'un hasard est égale à son degré d'improbabilité."
Milan Kundera 


295 --
Des raisons à la déraison...

" On aime vraiment que lorsqu'on aime sans raison."
Anatole France 


296 --
Reflet d'encre...

" D'autres que moi écrivent comme ils parlent, moi j'écris comme je me tais."
Amin Maalouf 


297 --
Parasites sur la ligne...

" L'enfer est dans l'incommunicabilité des êtres."
André Brincourt 


298 --
Portes de la perception...

" Nos blessures sont nos plus grandes richesses : elles maintiennent ouvert le chemin du coeur."
Pierre Lévy 


299 --
Ne pas passer à côté...

" On passe à côté de beaucoup de choses faute d'avoir demandé."
proverbe anglais 


300 --
Rien ne sert de tout prévoir...

" Ne vous inquiétez pas de l'ensemble de votre avenir, il ne peut arriver que jour après jour..."
David Baird 


301 --
Jusqu'au bout...

" Aller jusqu'au bout, ce n'est pas seulement résister, c'est aussi se laisser aller."
Albert Camus 


302 --
Voyage autour du monde...

" L'amour ne fait peut-être pas tourner le monde, mais il fait que le voyage vaut le coup d'être effectué."

Franklin P. Jones 


303 --
Moment de recueillement...

" Jamais je ne remercierai assez Dieu de ne pas avoir exaucé toutes mes prières."
Jean Ingelow


304 --
Les petits cadeaux...

" Les petits cadeaux du destin entretiennent l'amitié avec soi-même."
Jean Dutourd

 

 

SOMMAIRE GENERAL
RETOUR ACCUEIL


 

 


 


 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lo - dans SOMMAIRE
commenter cet article
30 avril 2008 3 30 /04 /avril /2008 22:53

 

" Donnez-moi un point d'appui, et je soulèverai le monde."
Archimède


Il suffit parfois de pas grand chose pour réaliser l'impossible...

Partager cet article

Repost 0
30 avril 2008 3 30 /04 /avril /2008 22:52

 

" Méfions-nous des noyés qui s'accrochent à nous, et qui nous noient."

Jean Cocteau



Réflexe presque pavlovien : à la vue d'une personne en détresse, vouée à se noyer, on est tentés de plonger à son secours... si l'on sait nager évidemment... Au-delà de la situation où le danger est physiquement présent, nous sommes amenés à rencontrer des personnes en situation de détresse, sur le point de perdre pied dans la vie, et pouvons connaître ce même genre de réflexe. Attitude louable certes, mais non dénuée de risques...

L'énergie que l'on investit dans le "sauvetage" amenuise celle dont on dispose pour nous-même, et l'effort consenti ne peut être que temporaire : il faut regagner la berge au plus vite... Or il arrive que nous ayons mal estimé cette distance à parcourir... ou le poids de la victime...

Il existe des personnes vivement énergétivores, et qu'on ne peut en définitive pas sauver de la noyade, un peu comme si cet état de mal être entre deux eaux, était finalement l'état qui leur sied le mieux... On ne s'en rend pas immédiatement compte, et le fait est que l'on court le danger de périr noyé nous aussi...
Il faut donc savoir à la fois apprécier son niveau de ressource et ce qu'en demande le "noyé". Si nous savons qu'il nous est impossible d'y faire face, mieux vaut faire intervenir d'autres secours, que de prendre en charge une opération, qui ne pourra que mal se terminer...

Savoir reconnaître ses limites... ça sauve des vies aussi... ...

Partager cet article

Repost 0
30 avril 2008 3 30 /04 /avril /2008 17:06

" Les petits cadeaux du destin entretiennent l'amitié avec soi-même."

Jean Dutourd

Oh que oui !... Les petits cadeaux du destin, on les savoure comme une friandise. Et le plaisir qu'ils procurent nous allège tout le reste... Du coup, comme on se sent mieux, on s'apprécie mieux... On se réconcilie avec soi-même... C'est important d'être en paix avec soi...

"Entretenir l'amitié avec soi-même"... c'est d'abord se considérer comme une personne, mais plus que ça... se considérer comme une personne sous un regard différent, plus extérieur que celui que l'on se porte habituellement...
"L'amitié avec soi-même"... ça consiste à savoir appliquer l'empathie également envers soi-même... connaître ses qualités et supporter ses défauts... se pardonner et accepter ses forces ET ses vulnérabilités...
"Soi-même"... Comment peut-on être ami avec soi-même ?..."Soi-même" n'est pas une entité indépendante, "soi-même" c'est nous quoi !... Et nous avons tous conscience de ce "soi-même" qui vit en chacun de nous...C'est donc qu'il existe...
Quels liens entretenez-vous, vous... avec votre "soi-même" ?...

Les petits cadeaux du destin, c'est tous ces petits riens qui dessinent des sourires ou des clins d'oeil sur nos regards... C'est parfois presque rien... mais ça change presque tout...
Ces petits cadeaux, c'est rare qu'ils nous déçoivent... le destin connaît nos préférences s'il veut nous faire plaisir dirait-on...
Le plus beau finalement, dans le hasard, c'est ce côté un peu magique... Si l'on pouvait expliquer le hasard dans sa totalité, en démonter les rouages, on perdrait beaucoup de la vie... Si l'on n'avait plus cette part d'inconnu qui échappe à notre contrôle, la vie deviendrait vite sans espoir...

Le destin... Le mot parait démesurément grand à définir... On peut parler de destin sans rentrer dans le déterminisme ou le fatalisme. Le destin, c'est un peu comme une partie de billard : on a toujours le choix des coups, mais pas toujours de la maîtrise de leurs trajectoires...
On ne se rend pas compte à quel point, NOUS déterminons notre destin par les projections que l'on s'en fait... et les ricochets éventuels de nos choix...

Les cadeaux du destin nous sont d'autant plus doux qu'on les a vivement désirés... comme une demande qui se voit récompensée, comme une reconnaissance qu'on les mérite, comme un présent au moment présent...
Mais lorsqu'ils se font diable qui sort de sa boîte, sans qu'on s'y attende, ils sont aussi bien appréciés... C'est toujours agréable de recevoir des petits cadeaux, non ?... Parfois, il y en a de très beaux, très bien emballés mais qui n'égalent pas l'éclat de leur papier ; d'autres peu esthétiquement chiffonnés et ceinturés de bolduc engagent peu l'envie... mais se révèlent au final receler de vrais trésors...

Ne pas se fier à l'emballage, accepter et remercier...
Se rappeler que le destin est toujours avec nous, de NOTRE côté... et que donc s'il nous fait un cadeau , il n'est ni piégé ni empoisonné... Acceptons-le !...
Arrêter de se poser des questions quand en un instant, notre vie bascule dans la magie, mais au contraire, ressentir ce privilège sans l'interroger, et lâcher toute envie d'en savoir davantage...
Débrancher, goûter et apprécier...

Les petits cadeaux du destin... comment pourrait-on s'en passer ?... ...


Partager cet article

Repost 0
29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 22:50

 

" Je ne veux pas gagner ma vie, je l'ai."

Boris Vian


Faudrait-il qu'après qu'on nous ait donné, en quelque sorte de force, la vie, nous devions encore la gagner ?...
Les termes du contrat semblent bien peu aguichants si l'on se place de ce point de vue...

L'expression est mal construite...
On ne gagne pas sa vie, mais seulement l'argent qui sert à investir cette vie...
Employer cette expression, c'est réduire sa vie à un contrat financier... Certes, l'argent est nécessaire, voire obligatoire, pour vivre, mais de là à ne pas pouvoir envisager la prépondérance de la vie sur l'argent... il ne faudrait pas franchir le pas...

Et si on ne veut pas la gagner, est-ce qu'on la perd ?...
Perd-on sa vie si on ne gagne pas d'argent ?...
Gagne-t-on du temps pour sa vie en gagnant de l'argent ?...

Perd-on du temps si l'on en prend pour gagner sa vie ?...

Peut-on rejouer en cas de perte trop importante ?...
Quel est le jack pot maximal en jeu quand on gagne sa vie ?...
Que perd-on à gagner sa vie, plutôt qu'à gagner du temps pour vivre ?...

Bing !... Driiing !... Rouge, Pair... La main passe...
Et la vie aussi... d'ailleurs...

Boris Vian a raison là-dessus, je l'ai déjà ma vie moi aussi, je n'ai pas envie de croire qu'il me faut la gagner !!!...
On passe par beaucoup de conquêtes si on repasse le film de sa vie...
On conquiert sa vie chaque jour, en avançant vers son autonomie...
L'autonomie suprême étant récompensée par le fait de "gagner sa vie"...
Comme si après un parcours, presque d'initiation, d'apprentissage et d'évolution, le but était de nous faire croire qu'on l'avait à un moment, non pas méritée... mais gagnée!!!... comme une récompense, un cadeau qu'"on" nous ferait...


Est-ce qu'on doit aussi gagner sa mort, ou bien celle-ci est-elle gratuitement prise en charge par les vivants ?... ...


Partager cet article

Repost 0
29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 22:49

 

" Il n'y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va."

Sénèque


En l'absence d'objectif, de destination, la force du vent influence peu la durée du voyage...
Le vent n'est alors ni favorable, ni contraire... à peine s'il existe...
Les tempêtes s'essuient pour ce qu'elles sont, des sortes de combat à livrer contre des éléments, dont on ne tire ni gloire ni revers, que l'on subit passivement...
Les moments d'acalmie se font temps morts entre deux intempéries...
Et la traversée semble intemporelle...

Quand on sait où l'on va, on peut préparer son voyage, devancer les risques encourus, prévoir des escales sécurisantes, se renseigner sur les courants qui peuvent nous faire gagner du temps...
Quand on sait où l'on va, la navigation devient plus aisée, nous affrontons l'inconnu mais en se fiant à notre boussole, qui en toute épreuve, nous permet de garder le bon cap...
Quand on sait où l'on va, on sait quels sont les dangers auxquels on pourrait être exposés, on est mis en garde contre le chant de sirènes qui pourrait nous faire dévier de notre route...
Quand on sait où on va... Tout devient plus clair...

Quand on sait où l'on va... on sait généralement aussi... pourquoi on y va...

Le but du voyage nourrit la motivation et l'enthousiasme, et donne la force de surmonter les passages périlleux... De plus, la motivation est créatrice de bien des opportunités pour satisfaire le but que l'on veut atteindre...
On se donne les moyens de nos objectifs, quand ils revêtent une importance que l'on admet et que l'on accepte... Et bien que la motivation ne soit pas une baguette magique, elle permet d'avoir les yeux bien ouverts pour repérer les moyens de servir l'engagement de réussite que l'on a pris vis-à-vis de soi...

Les voyages ne sont formateurs qu'à partir du moment où l'on sait pour quelles raisons on les entreprend. Lorsqu'on se contente d'être bercés par le vent, ballottés par les marées, on court essentiellement le risque de se faire échouer au milieu de nulle part, naufragés du hasard sur une île d'infortune...

Les raisons qui motivent le départ n'ont pas besoin d'être profondes ou existentielles, on peut vouloir voyager pour le plaisir...
L'essentiel étant de savoir que le voyage est une décision, et non une conséquence, ou un aléa de la vie qui nous aurait, en quelque sorte, happé
...
Se sentir décisionnaire, c'est aussi se savoir responsable...
Reconnaître sa responsabilité dans la survenue des évènements est chose capitale pour savoir affronter périls et déceptions, mais aussi chance et bonheur...

Les moyens choisis pour le voyage importent peu, mais il faut en connaître, pour chacun, les spécificités... Un char à voile n'est pas un voilier, et un deltaplane ne réagit pas comme un parapente... En fonction des possibilités qu'ils offrent, il faut évaluer lesquels nous seront les plus utiles, les plus faciles à diriger, et les plus adaptés pour nous faire atteindre la destination choisie...
Le voyage ne peut pas confier son itinéraire à la seule force du vent...

Malgré tous les préparatifs que l'on aura pu faire, les balisages repères, et la motivation béton que l'on peut avoir... il arrive que les vents soient défavorables... et que tout s'avère plus difficile que prévu au départ... Peut-être la saison choisie n'est-elle pas la bonne...
On peut se retrouver malgré la meilleure volonté du monde et la meilleure préparation, face à des éléments déchainés qui saccagent nos voiles à grands coups de tonnerre, et qui d'un coup de foudre bien ordonné, réduisent à cendres nos grandes voiles...
Ce sont les risques du voyage... pas nécessairement des signes que l'on est piètre voyageur... et que le renoncement est la seule issue possible...

L'expérience fait le marin bien plus que tous les instruments de mesure inventés... ...


Partager cet article

Repost 0

REPERES...

  bullet jaune   Sommaire général  

  bullet jaune   Page d'accueil

Liens...