Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil...

  • Lo
  • laurencewitko5@gmail.com
  • laurencewitko5@gmail.com

CONTACT...

Rechercher...

OU BIEN LAISSER UN MESSAGE...

Archives...

14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 00:48

" La terre promise est toujours de l'autre côté du désert."
Henry Havelock Ellis



Le désert détient souvent une connotation mystique, et mystérieuse...
Cette étendue vierge de vide, qui semble s'étirer à l'infini, que l'on ne peut embrasser d'un regard...
Les pères du désert recommandaient d'y chercher le calme propice à atteindre la sagesse... dans cette immensité, qui renvoie à notre propre infini...

Le désert n'est pas vide, il est plein de milliards de grains de sables...
Nous sommes aussi, à une autre échelle, des milliards de grains de sable... Un seul grain ne peut suffire à faire le désert, mais c'est l'ensemble qui réalise son unité...

Le désert fascine, son calme, sa démesure, sa rudesse, ses extrêmes... ses mirages et ses oasis...
Finalement, il est à l'image de notre vie...
On peut y chercher route, s'y perdre, s'y émerveiller, s'y déssécher, éprouver sa chaleur et souffrir de sa froidure...
Il a de multiples visages, qui demandent qu'on s'y adapte, si l'on veut réussir à le traverser...

On associe le nom de "désert" aux passages à vide, ou aux passages difficiles de nos vies... comme si sa traversée était si difficile, qu'on assistait à une véritable renaissance, quand enfin, on en venait à bout...
Mais sa traversée est formatrice. Elle nous permet de trouver en nous, des ressources inexploitées, qui se révèlent en l'épreuve...
Et au bout du chemin, le retour à une nature plus clémente, nous semble un retour au paradis... cette terre promise à laquelle on rêve, quand on a la peau qui brûle au soleil, ou qu'on grelotte dans l'obscurité...

La terre promise... Mais qui donc peut promettre une terre ?...
La terre ne nous appartient pas plus que le soleil,ou que l'air que nous respirons...
La terre promise n'est jamais qu'une conquête que l'on doit faire, une appropriation que nous décrétons, un but au bout du chemin, qui nous permet d'avancer, qui nous donne la force en éclairant un rêve, qui attire chaque jour vers un demain, dont on sait par conviction intime qu'il sera meilleur qu'aujourd'hui...

Pas besoin de prendre l'avion pour traverser le désert, nous avons tous nos déserts à explorer, à défier et à vaincre...
Peu importe qu'ils soient faits de sable, de larmes ou de pierres... de douleur, de rochers ou de peurs...
Ils sont tous égaux dans leurs exigences : il nous faut nous y mesurer et les dompter, nous confronter à leur puissance et y trouver les forces de ne pas y rester soumis... pour la vie...

Peut-être la terre promise est-elle toujours au bout du désert, mais... l'inverse n'est pas vrai...
Au bout du désert, il n'y a pas toujours la terre promise...
Certains s'y perdent, certains y meurent, certains s'y trouvent affaiblis pour toujours...
Il n'y a jamais aucune certitude quant à l'issue de l'aventure.
On ne mesure ses forces... et ses faiblesses... qu'après les avoir réellement éprouvées. On peut avoir des forces sous-estimées, comme des faiblesses plus importantes que ce que l'on imaginait...
Le désert rétablit un juste équilibre : entre le croire et le pouvoir...

Traverser le désert, comme un fantasme de citadin stressé... qui se fait son épopée annuelle, avec guide, méharée et méhari, localisation GPS et bar miniature... et qui croit découvrir la sagesse des peuples anciens, la spiritualité profonde et la vie couleur nature...

Mais le seul vrai désert à défier, c'est celui qui tenterait de nicher en notre coeur... ...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

REPERES...

  bullet jaune   Sommaire général  

  bullet jaune   Page d'accueil

Liens...